Alexandra Polina dénonce les clichés sur l'immigration à travers une série d'images

Alexandra Polina questionne en images les conséquences émotionnelles que peuvent avoir l'immigration sur un individu. Une série documentaire à découvrir.  

© Alexandra Polina

© Alexandra Polina

Alexandra Polina est née en Ouzbékistan. Après avoir étudié le journalisme dans un premier temps, la jeune femme, douée dans plusieurs domaines, a choisi par la suite de se spécialiser en arts et en design. Alors qu'elle avait passé les vingt premières années de sa vie dans son pays d'origine, Alexandra Polina a décidé de s'installer en Allemagne : une expatriation qui a changé sa manière de percevoir la vie. Laissant son histoire personnelle et sa subjectivité imprégner son travail photographique et sa démarche artistique, elle a décidé de se lancer dans une série de mises en scène documentaire.

Publicité

Ses thèmes de prédilection ayant toujours été l'immigration et l'identité, et en particulier leurs impacts émotionnels, la photographe s'est lancée dans la réalisation d'un projet intitulé Mask, Myths and SubjectsMasque, Mythe et Sujets en français. Cette série d'images parle avec finesse des personnes considérées comme "minorité visible" alors qu'elles sont nées et ont grandi en Allemagne. Les photos abordent le fossé social qui peut se créer, souvent à cause de préjugés, d'une vision folklorique de certaines cultures ou de la manière dont des stéréotypes sont projetés sur ces personnes.

Pour cela, elle est allée à la rencontre de plusieurs personnes immigrées ou descendantes de d'immigrants afin de créer une sorte de collage d'expériences individuelles. Ses portraits sont souvent associés à des objets de la vie quotidienne auxquels peuvent être réduites certaines cultures. On découvre donc une femme noire couchée sous une plante exotique ou encore une femme voilée brûler un livre. Si les images restent très abstraites – peut-être un peu trop –, la photographe aborde une thématique importante. Un sujet toujours autant d'actualité en France, où les préjugés ont trop souvent la vie dure. 

© Alexandra Polina

© Alexandra Polina

Publicité

© Alexandra Polina

© Alexandra Polina

© Alexandra Polina

© Alexandra Polina

© Alexandra Polina

© Alexandra Polina

Publicité

© Alexandra Polina

© Alexandra Polina

© Alexandra Polina

© Alexandra Polina

© Alexandra Polina

© Alexandra Polina

Publicité

© Alexandra Polina

© Alexandra Polina

© Alexandra Polina

© Alexandra Polina

La série Mask, Myths and Subject est actuellement exposée du 24 mars au 23 avril au festival Format à Derby en Grande-Bretagne. Vous pouvez retrouver le travail d'Alexandra Polina sur son site personnel. 

Par Lisa Miquet, publié le 30/03/2017

Copié

Pour vous :