L'architecture allemande se pare de mille couleurs grâce aux images de Paul Eis

Architecte en herbe et instagrameur reconnu, Paul Eis habille les grises façades berlinoises de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel.

© Paul Eis

Zanderroth Architekten (© Paul Eis)

Étudiant en architecture et photographe amateur depuis qu'il a touché un appareil photo pour la première fois (à 4 ans), Paul Eis concilie ses passions pour livrer des photos étonnantes des paysages berlinois et parfois d'autres mégapoles allemandes.

Publicité

Né dans la capitale allemande, le jeune photographe a raconté au magazine Be Front sa fascination pour la diversité de l'architecture de sa ville d'origine :

"L'architecture de Berlin a tellement de facettes différentes qu'il me serait impossible de toutes les décrire. En bordure de la ville, se trouvent surtout des logements sociaux, ce sont les bâtiments socialistes de l'Est de Berlin. Et à l'Ouest de Berlin, il y a aussi de grands quartiers résidentiels avec des logements sociaux, mais l'architecture y est tout à fait différente, beaucoup moins monotone, et la structure sociale y est différente.

Au centre de Berlin, les styles architecturaux sont complètement mélangés. Je dirais même que c'est le chaos, un chaos qui résulte des destructions de la seconde guerre mondiale. Aux côtés des magnifiques monuments historiques du XIXe siècle, on constate beaucoup de bâtiments datant de l'après-guerre, souvent très gris et monotones."

Un nouveau regard sur l'architecture urbaine

Sur un fond de couleur bleu ciel, toujours le même, Paul Eis modifie ses photographies. Cette unité de fond permet à ses images d'être reconnaissables ainsi que de "focaliser l'œil du spectateur sur le monument sans être distrait". La grande majorité des bâtiments sont photographiés de face et le futur architecte corrige la perspective afin que toutes les lignes verticales apparaissent de façon très géométrique sur l'image. Ainsi, les édifices paraissent "monumentaux et stoïques". Eis ajoute que le fait de photographier ces immeubles avec un objectif grand angle ajoute un effet de profondeur aux images.

Publicité

Il est vrai que les photographies d'Eis ont quelque chose d'irréel, qui ne provient pas seulement du choix des couleurs appliquées sur les façades. Les bâtiments surgissent comme sortant de nulle part, majestueusement. À travers son intérêt pour la photographie, cet artiste rend hommage à sa passion pour l'architecture. Pour le site Dezeen, Paul Eis a expliqué son processus de modification des couleurs :

"Lorsque je colorie les immeubles, je m'oriente principalement vers des éléments caractéristiques tels que les balcons ou les fenêtres. Parfois, quand les bâtiments sont déjà un peu colorés, j'inclus ces couleurs dans l'image. La palette doit être tout à fait complémentaire, riche en contraste, ou définir un dégradé de couleur. J'utilise toujours au moins une couleur qui va avec le fond.

De plus, la façon dont j'agence les couleurs dans chaque image dépend de la structure du bâtiment. Quand l'immeuble à une géométrie précise, j'ordonne les couleurs de façon assez répétitive. Mais quand la structure est plus aléatoire, l'ordre des couleurs l'est aussi."

Les photographie de Paul Eis donnent un nouveau regard sur les paysages urbains et leur architecture. L'étudiant confie espérer "faire de ses idées de design des réalités" et rendre les villes plus intéressantes et collectives : selon lui, la façon dont vivent les habitants d'une ville dépend de l'architecture dans laquelle ils évoluent. On a hâte de voir les bâtiments colorés de Paul Eis s'élever au sein des villes.

Publicité

© Paul Eis

Helmut Stingl (© Paul Eis)

© Paul Eis

Emil Fahrenkamp (© Paul Eis)

© Paul Eis

Walter Gropius (© Paul Eis)

Publicité

© Paul Eis

Zoom Architekten (© Paul Eis)

© Paul Eis

"Marco Polo Tower", Behnisch Architekten (© Paul Eis)

© Paul Eis

"Prenzlauer Welle", Lenzen Architekten (© Paul Eis)

© Paul Eis

"Spreedreieck", GMP Architects (© Paul Eis)

Vous pouvez retrouver le travail de Paul Eis sur son site personnel ainsi que sur son compte Instagram.

Par Lise Lanot, publié le 13/03/2017

Copié

Pour vous :