La beauté des danseurs spirituels du Burkina Faso sublimée dans les portraits d’Alice de Krujis

En studio, Alice de Krujis a voulu recréer la magie des cérémonies traditionnelles burkinabées.

© Alice de Kruijs

Alice de Krujis est une photographe basée aux Pays-Bas. À travers ses images, elle se questionne sur des sujets comme l’identité, la diversité ou encore les standards de beauté. Passionnée par le continent africain qu’elle a eu l’occasion de visiter à plusieurs reprises, elle tente de partager et de recréer en images les traditions qu’elle a pu découvrir en allant à la rencontre de populations locales : une manière pour l’artiste de célébrer la diversité culturelle. Parmi ses nombreuses séries, nous avons été particulièrement marquées par son travail sur les danseurs spirituels au Burkina Faso.

En studio, la photographe a voulu recréer des cérémonies traditionnelles pratiquées dans le pays. Que ce soit pour souhaiter la prospérité, de bonnes récoltes, la santé des animaux, ou encore pour réaliser des bénédictions, chaque vœu, chaque occasion possède sa propre cérémonie. Bien qu’aujourd’hui une partie du Burkina Faso soit devenue chrétienne et que l’autre soit musulmane, ces rites restent ancrés dans la culture du pays et certains habitants continuent à prier les esprits de la nature et leurs ancêtres.

Afin de mettre en lumière ces traditions méconnues en Europe, la photographe a emprunté des masques au musée Afrika des Pays-Bas et a réalisé une série fortement inspirée de ces cérémonies traditionnelles. Il en résulte des images douces et colorées, qui au-delà de l’esthétique, nous en apprennent un peu plus sur la culture burkinabée. Certains clichés de l’artiste seront exposés à la galerie ImageNation cet été à l’occasion des Rencontres de la photographie d’Arles.

© Alice de Kruijs

© Alice de Kruijs

© Alice de Kruijs

© Alice de Kruijs

© Alice de Kruijs

© Alice de Kruijs

© Alice de Kruijs

© Alice de Kruijs

© Alice de Kruijs

© Alice de Kruijs

© Alice de Kruijs

Vous pouvez retrouver le travail d’Alice de Kruijs sur son site personnel et son compte Instagram.

Par Lisa Miquet, publié le 22/05/2018