Cet appareil photo refuse de prendre des photos chiantes

Vous pensiez être libre de prendre des photos de tout et n'importe quoi ? Cet appareil pourra, quand il le jugera, vous en empêcher.

Il y a parfois de drôles de projets. La Camera Restricta, en référence à la Camera Obscura, en est un. Façonné par Philipp Schmitt et déniché sur Internet par La Boite Verte, il entend proposer aux photographes de ne pas capturer des lieux banals, nuls, ordinaires, chiants, déjà vus et revus, jusqu'à la nausée.

Publicité

Son postulat ? Le monde entier possède un objectif. Plus seulement les touristes, n'importe quel propriétaire de smarpthone. La démocratisation de l'appareil photo est passée par là. Partant de ce constat, cet Allemand a produit un objet (un smartphone avec une coque façon boitier imprimé en 3D) capable de savoir si l'endroit où vous vous trouvez a déjà été passé au peigne photographique par d'autres.

Dans la vidéo qui présente l'appareil, la voix off explique avec tristesse :

Parfois, je me demande même pourquoi nous continuons à prendre des images.

Publicité

L'appareil lance une recherche en temps réel sur les sites où des internautes ont téléchargé de manière géolocalisée leurs photos, pour savoir, dans un rayon de 35 mètres, combien d'images ont déjà été prises. Il suffit alors de regarder l'écran qui affiche un nombre. Si un seuil est dépassé, l'appareil vous propose un bon gros doigt d'honneur : il vous empêche d'appuyer sur le bouton.

Différencier (encore) qualité et quantité

Bien sûr, Philipp Schmitt ne dit rien sur la qualité intrinsèque d'une photographie. Un millier de touristes peuvent prendre des photographies ordinaires d'un monument. Au même endroit, l'inspiration d'un photographe peut donner une nouvelle perspective, ici artistique, et conduire à proposer une toute autre image du lieu.

Et parlons aussi du contexte : si l'on prend la Place de la République à Paris, elle a déjà été photographiée des milliers de fois. Une actualité survient et voilà que la place se remplit pour laisser libre cours à une manifestation, donnant une autre réalité de l'espace. Avec la Camera Restricta, c'est la quantité qui prime. Mais si ça permet déjà aux touristes d'arrêter de prendre des photographies chiantes comme la pluie avec un filtre "Slumber" pour les foutre sur leur Instagram, ce sera déjà ça de gagné.

Publicité

Par Louis Lepron, publié le 09/09/2015

Copié

Pour vous :