Coup de com' réussi pour ce village suisse qui interdit aux touristes les photos

Bergün, un petit village suisse, a promulgué une loi interdisant de prendre des photos dans la commune, afin de ne pas rendre jaloux ceux qui n’ont pas la chance de s’y rendre.

Bergün est un petit village suisse situé dans le canton des Grisons. Avec à peine plus de 500 habitants, le village bénéficie tout de même d’un certain rayonnement. Destination appréciée des touristes, à moins d’une heure des stations de ski très fréquentées de St Moritz et Davos, Bergün attire les curieux pour ses paysages somptueux et montagneux situés à plus de 1 500 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le centre du village fait même partie de l’inventaire suisse des biens culturels d’importance nationale et régionale, qui recense le patrimoine culturel du pays.

Publicité

Cette semaine le village a annoncé la décision prise par le conseil municipal d’interdire les photographies au sein du village. Si la mesure semble assez autoritaire, la ville a expliqué bannir la prise d’images dans le village d’une part pour que les visiteurs puissent profiter pleinement des paysages sans avoir le regard constamment obstrué par leurs écrans de téléphone, et d’autre part pour éviter de rendre jaloux ceux qui n’auraient pas la chance de se déplacer jusqu’à Bergün. Le site de la ville s’est ainsi fendu de l’explication suivante :

"À partir d’aujourd’hui est mise en place à Bergün une interdiction collective de prendre des photographies, et cette mesure vient du cœur. La nouvelle loi a été adoptée lors du conseil municipal d’hier. La raison est simple : les photos de nos paysages pittoresques, qui sont partagées sur les réseaux sociaux, peuvent rendre les autres gens malheureux, parce qu’eux-mêmes ne peuvent pas se trouver à Bergün."

Mettant en cause le FOMO ("Fear Of Missing Out", cette impression, souvent boostée par les réseaux sociaux qui complexent les utilisateurs, persuadés de toujours être en train de louper quelque chose), la ville a annoncé ne pas vouloir participer au malheur des pauvres personnes qui n’auraient pas la chance de s’y trouver. En substance, un coup de communication rondement mené qui insinue que la ville est tellement belle que partager ne serait-ce qu’un instantané de sa beauté rendrait quiconque malheureux.

Publicité

À partir de ce mercredi 31 mai, toute personne enfreignant la loi sera punie d’une amende symbolique de 5 francs suisses (environ 4,60 euros). Le temps nous dira si la mise en place de cette mesure augmentera le nombre de touristes ; quoi qu’il en soit, cette loi aura fait parler d’elle.

Publicité

Par Lise Lanot, publié le 02/06/2017

Copié

Pour vous :