Ed Emrich habille les femmes de lumière avec ses projections graphiques

Ce photographe new-yorkais habille ses modèles en projetant des rayons lumineux.

A post shared by Ed Emrich (@ed.emrich.art) on

Ed Emrich fait partie de cette nouvelle vague d’artistes visuels qui sont en train de conquérir le monde avec des œuvres toujours plus inventives. Il explique utiliser "le corps comme une toile, et la lumière comme un pinceau", transformant ainsi des silhouettes de femmes nues en tableaux, sans vêtements ni accessoires particuliers.

Publicité

Quand il évoque son processus de création, Ed Emrich évoque sa passion pour la photographie et son évolution, d’une utilisation pragmatique à un usage plus artistique. Son but est de capturer les éléments qui passent inaperçus et de défier la perception que nous avons du monde qui nous entoure. Il explique :

"Je suis désormais à un stade où je crée l’image que je veux capturer dans ma tête ; j’utilise ensuite des techniques multimédias et des modèles vivants pour transposer la réalité dans des photos qui ont pour but d’intriguer les spectateurs à différents niveaux.

Mon dernier projet a un aspect figuratif, en utilisant le corps comme une toile et la lumière comme un pinceau."

Le résultat est hypnotisant. Des toiles célèbres de grands artistes ornent des corps nus, de Monet à Picasso, en passant par Dalí, et des références de la pop culture s’invitent également, comme Keith Haring, Andy Warhol, Chanel ou encore Gucci.

Publicité

La vivacité des couleurs et la nudité des modèles semblent interroger le spectateur : la mannequin est-elle l’œuvre d’art ? Ou la muse n’est-elle rien d’autre qu’une toile encore vierge ? Le travail d’Ed Emrich est toujours accompagné de légendes profondes, qui rendent justice au modèle ou questionnent la signification de l’art.

Alors que beaucoup de projets artistiques nécessitent beaucoup de moyens financiers et matériels, les œuvres d’Ed Emrich se distinguent par la façon dont leur simplicité et leur flamboyance les rendent uniques.

A post shared by Ed Emrich (@ed.emrich.art) on

Publicité

A post shared by Ed Emrich (@ed.emrich.art) on

A post shared by Ed Emrich (@ed.emrich.art) on

A post shared by Ed Emrich (@ed.emrich.art) on

Publicité

A post shared by Ed Emrich (@ed.emrich.art) on

A post shared by Ed Emrich (@ed.emrich.art) on

A post shared by Ed Emrich (@ed.emrich.art) on

A post shared by Ed Emrich (@ed.emrich.art) on

A post shared by Ed Emrich (@ed.emrich.art) on

A post shared by Ed Emrich (@ed.emrich.art) on

A post shared by Ed Emrich (@ed.emrich.art) on

A post shared by Ed Emrich (@ed.emrich.art) on

A post shared by Ed Emrich (@ed.emrich.art) on

A post shared by Ed Emrich (@ed.emrich.art) on

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet

Par Ella Kemp, publié le 14/09/2017

Copié

Pour vous :