En images : une journée aux côtés de Jok’Air et sa team

Durant une journée, Jok’Air, figure montante du rap, nous a ouvert les portes de son quotidien.

© Lisa Miquet

Quel est le quotidien d’un rappeur ? C’est à cette grande question que nous avons tenté de répondre en suivant Jok’Air et son équipe le 26 mai dernier. Rendez-vous est pris dans 13e arrondissement, quartier de l’artiste, qui s’est d’abord fait connaître avec le groupe MZ, c’est-à-dire Mafia Zeutrei, référence à l’arrondissement du sud parisien. Au point de rencontre arrive un van floqué à l’effigie de Jok’Air. Une petite équipe d’un peu moins de dix personnes se réunit, charge le matériel et tout ce petit monde part pour Magny-le-Hongre, une petite ville du 77 où Jok’Air joue le soir même.

Le rappeur a le sourire aux lèvres, les vannes fusent et la bonne ambiance est communicative. À l’intérieur du van, un écran géant et une PS4 sont installés pour jouer à Fifa. De quoi occuper l’heure qui nous sépare de la destination finale. Au sein du véhicule, l’équipe est plutôt studieuse : un vidéaste occupe le trajet en faisant le montage d’images captées la veille lors d’un événement à Lille. Quant à Jok’Air, il profite de ce moment pour gérer ses comptes sur les réseaux sociaux, parlant à ses fans directement via ses stories Instagram.

Jok’Air et son équipe dans le van. (© Lisa Miquet)

Une fois sur place, tout le monde s’installe dans les loges. Le moment est convivial, la playlist faite principalement de rap américain est lancée et les premiers joints commencent à se rouler. L’équipe s’enthousiasme de la diffusion la veille sur Taratata d’une reprise de Beyoncé que Jok’Air a interprétée en duo avec le groupe Hyphen Hyphen. Surpris de se voir dans une émission de télévision classique, Jok’Air rit et semble s’étonner encore : "Et dire qu’il n’y a pas si longtemps je vendais du shit !"

Le rappeur de 26 ans est en pleine ascension puisque son album solo baptisé Jok’Rambo vient tout juste de sortir et qu’il entame une tournée de dédicace dans toute la France. Hyperactif, l’artiste ne cesse de travailler. Lorsqu’il ne communique pas sur les réseaux sociaux, il écrit et teste des textes. Cette activité constante nous évoque forcément les paroles de son titre "Mon Survet" :

"J’bosse pour qu’chaque jours d’la semaine soit un putain d’week-end
Et chaque putain d’week-end soit mon anniversaire."

Après les balances, la loge se change en aquarium. Une petite pause, à peine le temps de se préparer qu’il est déjà l’heure de monter sur scène. Accueilli en véritable rock star par son public, l’artiste déploie une énergie sans mesure et investit la scène physiquement avec une gestuelle qui lui est sienne. Charismatique, avec sa dégaine de rappeur US, il parvient à séduire son public.

Après le concert, l’artiste prend le temps de faire une séance photo avec tous les fans restés sur place pour l’occasion. Il est plus d’une heure du matin, il est temps de remonter dans le van pour rentrer à Paris. Dès le lendemain, la fine équipe repartira sur les routes. Des journées bien remplies, qu’on espère que le passionné vit comme "des putains d’week-end" et qu’on vous laisse découvrir en images.

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

© Lisa Miquet

Jok’Air sera en concert le 8 juin à Ris-Orangis (91) dans le cadre du festival Paris Hip Hop et le 11 décembre prochain à la Machine du Moulin Rouge.

Par Lisa Miquet, publié le 30/05/2018