En images : l'univers féminin et délicat de la photographe Monica Moraru

Le travail de Monica Moraru rime avec féminisme et California Dreamin'. Entre deux shootings, la jeune Canadienne nous a accordé un moment pour parler femme, sexualité et selfie.

Monica-Moraru-1

Photo tirée de la série "Nonscape" © Monica Moraru

Bien qu'elle soit basée à Toronto, dans cette contrée nordique qu'est le Canada, Monica Moraru dégage à travers ses clichés un univers délicat et poétique qui évoque les motels de la Californie et les régions ensoleillées des États-Unis. Mais au-delà de cette esthétique pleine de chaleur et de douceur, Monica Moraru tend surtout à rendre hommage à la jeunesse et à la grâce des corps féminins.

Publicité

La majorité de ses photos prend pour sujet une jeune femme, dont le corps, les cheveux ou les yeux se fondent dans un environnement romantique fait de couleurs pastel, de cieux lumineux et d'océans bleus. De véritable cartes postales gorgées de soleil, qui nous font immédiatement voyager. Rencontre.

Konbini | Il y a deux choses qui se dégagent lorsqu'on regarde tes photos. La première c'est que, quelle que soit la série, comme "National Anthem" ou "Space Oddyssey", les couleurs sont toujours très pastel, très douces, très lumineuses...

Monica Moraru | La couleur est sans aucun doute l'élément le plus important dans mon travail. C'est la première chose que je remarque, dans n'importe quelle situation. Je suis attirée de façon viscérale par les couleurs saturées et lumineuses et les teintes pastel. C'est donc naturellement ce qui se dégage le plus dans mes photos.

Publicité

La seconde chose, c'est que les personnes semblent tout aussi importantes que les lieux que tu choisis. Tu fais très attention à cela, à l'environnement ?

Tout à fait, je choisis toujours des environnements qui ont une qualité presque surréaliste, mystique. Les lieux qui sont à la fois ambigus et quelconques, comme les vastes déserts et les cieux bleus de l'été, produisent à mon sens des images qui ont un aspect onirique et surnaturel.

J'adore les images qui ne sont pas situées dans un espace-temps défini. Jusqu'ici, l'endroit que j'ai préféré photographier reste le désert de Palm Springs, en Californie. C'est tellement grand, ouvert et lumineux ! Le paysage désertique me fascine vraiment.

Publicité

Photo tirée de la série "National Anthem" © Monica Moraru

Photo tirée de la série "National Anthem". © Monica Moraru

Photo tirée de la série "National Anthem" © Monica Moraru

Photo tirée de la série "National Anthem". © Monica Moraru

"Les femmes ont une sexualité tellement magnétique"

Publicité

Il n'y a jamais aucun garçon dans tes photos... Est-ce que tu cherches, peut-être de façon inconsciente, à mettre la lumière sur les femmes ? 

Je suis captivée par les femmes, et je les photographie parce que c'est la façon la plus évidente pour moi d'insérer un peu de moi-même dans mon travail, et d'explorer ma propre identité. Les femmes ont une sexualité tellement magnétique et naturelle, c'est difficile de ne pas vouloir capturer cela.

J'aimerais un jour photographier des garçons, et quand je le ferai, j'espère les mettre en valeur de la même façon que je mets en valeur les femmes. C'est un challenge que je serais très excitée de relever.

Pour moi, en tant que Française, ton travail évoque tout de suite la Californie, les piscines vides de Los Angeles, les palmiers de Venice Beach... Pourtant, tu vis à Toronto, n'est-ce pas ?

C'est vrai qu'une grande partie de mon travail a une sorte de "California vibe". Mais ce qui est marrant, c'est que cette "vibe" transparaît dans des photos que je prends dans des lieux situés très loin de la Californie ! Certaines photos (celle avec la fille et les parasols roses, par exemple) sont en fait prises à Toronto !

Peut-être qu'inconsciemment, je me concentre sur ce genre de détails parce qu'esthétiquement, ils s'accordent avec l'ensemble de mon travail, et parce qu'ils contiennent les couleurs que j'essaie souvent de capturer (comme les bleus lumineux et les doux roses).

Photo tirée de la série "El Matador" © Monica Moraru

Photo tirée de la série "El Matador". © Monica Moraru

Qui sont les artistes, les photographes qui t'inspirent ?

Il y en a tellement ! Je suis constamment inspirée par les filles de mon entourage qui font un travail vraiment incroyable. Des photographes comme Dafy Hagai, Maroesjka Lavigne, Mayan Toledano et Paulina Korobkiewicz font toutes un travail remarquable. Et puis il y a bien sûr les classiques, comme Wolfgang Tillmans, Yoko Ono, Cindy Sherman et Pipilotti Rist.

Y a-t-il une photo dont tu es particulièrement fière ?

Une de mes dernières séries consistait à documenter la jeunesse des filles dans mon pays d'origine, la Roumanie, où je me suis rendue à l'automne dernier. J'ai fait une photo d'une jeune élève dans l'ancien lycée de ma mère, qui se situe dans une petite ville rurale à deux heures de Bucarest. Elle m'a beaucoup fait penser à ma mère quand elle était jeune, et elle n'arrêtait pas de me fixer, même quand je prenais la photo. C'était un moment assez spécial.

Photo tirée de la série "Nonscape" © Monica Moraru

Photo tirée de la série "Nonscape". © Monica Moraru

Photo tirée de la série "Nonscape" © Monica Moraru

Photo tirée de la série "Nonscape". © Monica Moraru

J'ai lu que tu avais toujours un selfie stick sur toi... Serais-tu une adepte de l'autoportrait ?

Ha ha ! Je crois qu'en un sens toutes les filles de ce millénaire le sont ! Le selfie est une révolution de l'expression de soi vraiment intéressante, qui a été utilisée comme une forme d'art de façon fascinante par beaucoup d'artistes, comme Arvida Bystrom par exemple. C'est une idée à laquelle je pense de plus en plus : comment nous nous présentons et comment nos corps naviguent dans un climat digital.

À ce sujet, quel est ton rapport à Instagram ? C'est un outil que tu utilises beaucoup en tant que photographe ?

J'ai le sentiment qu'Instagram est une plateforme qui, d'une certaine façon, m'oblige à publier très souvent. Avec la montée et la prévalence des réseaux sociaux, je crois que les artistes sont dans une sorte de compétition pour attirer l'attention en ligne, au milieu d'une quantité écrasante d'informations.

En utilisant Instagram et les réseaux sociaux, tu dois constamment diffuser ton identité artistique : mettre à jour, poster, rester pertinent... Pour moi, c'est quelque chose qui est assez contraire à ma logique, parce que je suis très méticuleuse et je n'aime pas dévoiler mon travail tant qu'il n'est pas parfait. Mais j'essaie de rester assidue et appliquée, et j'utilise tout ça comme un moyen d'exposer mon travail à un public plus large.

Photo tirée de la série "Space Oddyssey" © Monica Moraru

Photo tirée de la série "Space Oddyssey". © Monica Moraru

Photo tirée de la série "National Anthem" © Monica Moraru

Photo tirée de la série "National Anthem". © Monica Moraru

"J'aurais adoré photographier David Bowie"

Tu pourrais me parler de Kastor & Pollux, la plateforme à laquelle tu contibues ?

Kastor & Pollux était à la base un blog mode créé par mes amies Dani Roche et Bianca Venerayan, qui combinait leur mode excentrique à une esthétique design très reconnaissable. L'année dernière, Kastor & Pollux s'est étendu en devenant une plateforme de publication et un collectif créatif entièrement féminin.

Ensemble, nous réalisons des projets qui vont de la photographie au design en passant par le stylisme, la direction artistique... un peu tout ce que nous voulons ! Travailler avec mes amies est quelque chose de vraiment gratifiant, je suis constamment inspirée par ces filles et le travail que nous faisons ensemble.

À ce jour, parviens-tu à vivre de la photo ?

Faire de l'argent avec une forme d'art est une chose assez complexe de nos jours, qui demande un travail acharné. Je n'en suis pas encore là, mais j'espère pouvoir vivre de cette activité d'ici la fin de cette année !

Si tu avais la possibilité de faire la photo de tes rêves, quelle serait-elle ?

J'aurais adoré photographier David Bowie...

C'est quoi la suite pour toi ?

Mon objectif pour l'année 2016 est d'être publiée dans un livre de photo ou un zine... Stay tuned !

Photo tirée de la série "El Matador" © Monica Moraru

Photo tirée de la série "El Matador". © Monica Moraru

Photo tirée de la série "Space Oddyssey" © Monica Moraru

Photo tirée de la série "Space Oddyssey". © Monica Moraru

Photo tirée de la série "Space Oddyssey" © Monica Moraru

Photo tirée de la série "Space Oddyssey". © Monica Moraru

Photo tirée de la série "In Bloom" © Monica Moraru

Photo tirée de la série "In Bloom". © Monica Moraru

Monica-El-Matador-2

Photo tirée de la série "El Matador". © Monica Moraru

Retrouvez le travail de Monica Moraru sur son site.

Par Naomi Clément, publié le 23/03/2016

Copié

Pour vous :