Rencontre avec Yoann Olawinski, le photographe qui nous fait traverser la France

Auteur du projet L'Excursion, Yoann Olawinski traverse la France à pied avec son chien et son appareil photo. Sur son site, il nous livre les images de ce voyage initiatique.

tumblr_oanxyfgUar1vt0a16o1_1280

© Yoann Olawinski

Après un parcours académique qu'il considère comme "classique", c'est-à-dire classe préparatoire et école de commerce, Yoann Olawinski a pris une décision radicale : tout arrêter pour se dédier entièrement à la photographie. Ce choix, il y a pensé longuement alors qu'il était stagiaire dans un grand groupe de luxe français. Étouffé par la routine du monde de l'entreprise, il nous explique :

Publicité

"J'avais le quotidien de tout Parisien. Des réunions interminables et une fuite en avant vers le week-end dès le lundi midi [...] C'est surtout une question de trajectoire. J'avais l'impression d'être sur le chemin qui n'allait pas me mener où je voulais aller."

1 500 kilomètres d'asphalte

Pour démarrer sa carrière de photographe, il considérait alors qu'il avait besoin d'un projet ambitieux, avec une réelle démarche. Sa pratique photographique étant déjà très liée au voyage, il lui semblait alors évident de partir sur les routes. Pour ce voyage initiatique, il a tout simplement choisi la France. Alors qu'on a tendance à privilégier l'étranger lorsqu'on souhaite s'évader, il a préféré partir à la découverte de son propre pays :

"Je voulais être spectateur d'une transition, rencontrer la France et me sentir changer. Le voyage qui me ferait le plus grandir était finalement le plus accessible."

Publicité

Le photographe a une profonde envie d'apporter une vision documentaire de la France. Il veut interroger la représentation d'un pays qu'on croit connaître et qui recouvre pourtant des réalités très différentes. Sillonnant la France à pied durant une centaine de jours, de Valence à Caen en passant par Lyon, Chalon-sur-Sâone, Mulhouse, Nancy, Verdun, Reims, Amiens et Deauville, il use ses baskets sur plus de 1 500 kilomètres d'asphalte. Ces longues distances à pied, transforme la vision du réel du photographe. L'inconfort et la lenteur lui offrent un nouvel œil, dépaysé.

Carte

Un dépaysement total

S'il avait eu l'occasion de voyager auparavant, en Asie notamment, son dépaysement était différent. À l'étranger, notre référentiel est forcément modifié : les gens parlent une autre langue, on se force à la curiosité, les paysages sont radicalement différents. Se dépayser en France était le défi qu'il voulait se lancer. Cette extraction du quotidien s'est aussi traduite par des conditions logistiques particulières. Pour être autonome et libre de ses trajets, le jeune homme se déplace avec sa tente, un panneau solaire et pratique depuis plusieurs semaines le camping sauvage. Cette situation inédite l'oblige à se concentrer sur une préoccupation fondamentale : où dormir ? Chaque soir, il s'arrête de marcher vers 20 heures en quête d'un nouvel endroit pour camper :

"J’identifie assez facilement les endroits où je peux planter ma tente. Mais je dors assez peu et assez mal, il faut l’admettre."

Publicité

Alors qu'il est souvent seul sur les routes, il ne ressent pas de sentiment d'insécurité. Il explique en riant :

"C’est moi qui fait plutôt peur aux gens ! Ils me trouvent un peu louche, mais sympathiquement louche !"

tumblr_obtftwsgqv1vt0a16o1_1280

© Yoann Olawinski

Publicité

Il nous explique alors que son rapport à l'autre est très contrasté. Certaines personnes sont effrayées et ne comprennent pas du tout sa démarche, quand d'autres à l'inverse semblent très intéressées. D'un point de vue général il remarque que les rencontres sont très éphémères et qu'il est toujours plus simple d'avoir un prétexte pour engager une conversation. Pour nouer de nouvelles rencontres, il aborde souvent les gens en disant des banalités, par exemple en leur demandant un peu d'eau pour remplir sa gourde. Une fois le premier échange entamé, les langues se délient.

"Je veux montrer qu’on peut créer une sorte de lien avec l'autre. Les gens s’imaginent le pire, encore plus depuis les attentats."

Alors qu'il a réalisé la moitié de son périple, le photographe peut déjà sentir une évolution dans sa pratique photographique. Au fil des rencontres, il photographie avec plus d'aisance les inconnus, ose plus facilement capturer des instants. Son œil travaille et il apprend à composer avec les éléments :

"Quand je marche huit heures par jour sous le soleil, je contrôle finalement assez peu de facteurs. Je me déplace et capture des instants quand la lumière atterrit au bon endroit, au bon moment."

Ses projets pour la suite ? Terminer ce long périple, continuer à le documenter puis en faire une exposition. Si son avenir après son voyage est encore incertain, une chose est sûre, il en sortira grandi :

 "Je vois les gens vivre pas forcément comme on m’avait expliqué qu’il fallait vivre."

tumblr_oaua8mbjEN1vt0a16o1_1280

© Yoann Olawinski

tumblr_oaq9ieZYis1vt0a16o1_1280

tumblr_ob3mlmT4Gk1vt0a16o1_1280

© Yoann Olawinski

tumblr_ob3ovhYkr31vt0a16o1_1280

© Yoann Olawinski

tumblr_ob4t0z1Bxv1vt0a16o1_1280

© Yoann Olawinski

tumblr_ob6ua9WtrE1vt0a16o1_1280

© Yoann Olawinski

tumblr_ob6ubkdOq71vt0a16o1_1280

© Yoann Olawinski

tumblr_obj168KbDQ1vt0a16o1_1280

© Yoann Olawinski

tumblr_obl134yxEg1vt0a16o1_1280

© Yoann Olawinski

tumblr_obm3oexGSQ1vt0a16o1_1280

© Yoann Olawinski

tumblr_obom2oT1As1vt0a16o1_1280

© Yoann Olawinski

tumblr_oboxpsBGyQ1vt0a16o1_1280

© Yoann Olawinski

tumblr_obp1gsaBlK1vt0a16o1_1280

© Yoann Olawinski

tumblr_obpbgqZ04X1vt0a16o1_1280

© Yoann Olawinski

tumblr_obrkzm1o8n1vt0a16o1_1280

© Yoann Olawinski

tumblr_obt6kuLrjP1vt0a16o1_1280

© Yoann Olawinski

Vous pouvez retrouver le travail de Yoann Olanwinski sur le site de L'Excursion ou sur son compte Instagram.

Edit du 29 novembre 2016 : Le photographe lance actuellement une campagne de crowdfunding pour publier un livre sur ce projet photo, vous pouvez y contribuer sur Ulule.

Par Lisa Miquet, publié le 17/08/2016

Copié

Pour vous :