"I am a Man", l’exposition qui témoigne de la lutte pour les droits civiques aux États-Unis

En images, une période importante de l’histoire.

Mule et wagon lors de la préparation du train. (© Roland Freeman)

Après s’être interrogé sur la place de la photographie dans la construction de la propagande nazie, le Pavillon populaire de Montpellier continue de mettre en lumière le rôle de l’image documentaire dans l’élaboration du discours historique puisque l’établissement accueille à présent l’exposition "I am a Man. Photographies et luttes pour les droits civiques dans le Sud des États-Unis, 1960-1970".

L’exposition nous raconte ces deux décennies aux États-Unis, période charnière durant laquelle le mouvement des droits civiques a émergé et s’est développé dans les États ségrégationnistes du Sud. Les images témoignent alors de cet épisode violent de l’histoire : on y découvre les rassemblements du Ku Klux Klan en Caroline du Nord, la grève des éboueurs de Memphis, la marche pour Selma en Alabama, l’admission de James Meredith à l’université du Mississippi, la "Poor People’s March" ou encore les funérailles de Martin Luther King.

Pris à la fois par des photojournalistes professionnels, des photographes locaux ou encore par des anonymes, cet éventail d’images – dont certaines sont totalement inédites – nous montre comment les manifestants soumis à la discrimination raciale ont su se battre pour leurs droits et obtenir un changement profond de la société américaine. William Ferris, commissaire de l’exposition raconte :

"Au même titre que la musique ou l’histoire, la photographie participe au mythe de l’Amérique sudiste ; elle dépeint son passé, son peuple et ses lieux, qui ont façonné des vies. L’exposition "I am a Man" présente des photographies criantes de vérité ; elle illustre le courage des militants qui ont fait face à une violence et à une brutalité inimaginables. Elle témoigne de la tranquille détermination des aînés et de l’engagement féroce de la jeunesse."

On retrouve alors des images qui ont marqué les esprits, comme ce jeune homme avec une pancarte "I am a man", rappelant qu’il est un homme et mérite le respect. On remarque aussi des figures du mouvement, bravant la ségrégation en allant s’asseoir aux comptoirs réservés aux personnes blanches. On ne peut que saluer les courageux sacrifices des militants voulant obtenir des droits civiques égaux pour les Afro-Américains.

Comme une toile de fond, ces images quinquagénaires nous rappellent malheureusement des événements récents comme le mouvement Black Lives Matter – "Les vies des Noirs comptent" – entamé il y a peu aux États-Unis. Après avoir été montrée à Montpellier, l’exposition "I am a man" continuera son chemin en passant entre autres par le musée fédéral de Washington ou encore l’Afrique du Sud. En attendant, vous avez jusqu’au 6 janvier 2019 pour découvrir l’exposition si vous êtes de passage à Montpellier : l’exposition est gratuite, vous n’avez plus d’excuses !

Salle d’attente séparée à la gare routière de Memphis. (© Ernest Withers)

Henry Do-Right Rogers avec son drapeau fait maison. (© Dan Budnik)

Personne en deuil avec une pancarte aux funérailles de Martin Luther King. (© Bob Adelman)

"I am a Man. Photographies et luttes pour les droits civiques dans le Sud des États-Unis, 1960-1970" du 17 octobre 2018 au 6 janvier 2019 au Pavillon populaire de Montpellier.

Par Lisa Miquet, publié le 24/09/2018