Instaweek #5 : les collages rétro de Sammy Slabbinck

Chaque semaine sur Konbini, on met en lumière un compte Instagram qui nous plaît particulièrement. Aujourd'hui, focus sur les illustrations vintage remises au goût du jour par Sammy Slabbinck. 

nipple

© Sammy Slabbinck / Instagram

Sammy Slabbinck, tout attaché @sammyslabbinck sur Instagram, vit et travaille à Bruges en Belgique. À 38 ans, il a le cœur partagé entre l'animation et l'illustration mais c'est dans l'art du collage, papier et numérique, qu'il excelle. En se basant sur les pages de sa collection de magazines vintage, il se plaît à mélanger images old school et références contemporaines pour tourner en dérision lubies et névroses de notre temps.

Publicité

Konbini | Comment t'es venue l'idée de ce compte Instagram ?

Sammy Slabbinck | Je trouvais simplement que c'était un moyen amusant de partager instantanément mes nouveaux travaux avec le monde entier.

Tu mélanges de vieilles images avec des références contemporaines. Y a-t-il un message derrière ?

Publicité

Je joue avec la réalité. Je déforme et transforme des images en de nouvelles compositions, souvent en y intégrant une touche surréaliste. Quelques fois, il y a un message dans mon travail, des critiques sociales peut-être, mais ça dépend de l'interprétation du spectateur. D'autres fois, j'ai juste l'impression de créer quelque chose de simplement loufoque. Je crois que faire rire les gens, c'est aussi faire de l'art.

Quelles sont tes influences ? 

Toutes les formes d'art qui sortent des sentiers battus et peuvent m'offrir de nouvelles perspectives ou d'autres horizons.

Publicité

Tes comptes Instagram préférés ?

Je consulte beaucoup de comptes artistiques et d'illustration. Ceux que j'aime le plus sont Kein Magazine, Illustrarts et Love.Watts.

De quelle image es-tu le plus fier ?

Publicité

Récemment, j'aime bien le collage que j'ai fait avec le peintre qui recouvre un téton. Cela me force faire à différents niveaux, c'est toujours bon signe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Juliette Geenens, publié le 18/03/2016

Copié

Pour vous :