Le photographe qui shootait ses voisins à leur insu

Le photographe new yorkais Arne Svenson a exposé une série de photos mettant ses voisins en scène, shootés à leur insu. Evidemment, ça ne leur a pas plu.

Photo extraite de la série The Neighbors (Crédit : Arne Svenson)

Imaginez. Un beau jour, vous découvrez que des photos de vous et de votre famille prises à travers les fenêtres de votre appartement, sans que vous n'en ayez rien su. Et en plus, elles se vendent comme des petits pains. C'est ce qui est arrivé à des habitants d'un immeuble de New York.

Publicité

Face à eux, un photographe. Arne Svenson habite le très huppé quartier de Triangle Below Canal Street (TreiBeCa) à New York. Pour son projet The Neighbors, le photographe a pointé son objectif sur un immeuble d'appartements luxueux de l'autre côté de la rue. Il ne lui restait plus qu'à attendre les dits-voisins avant de faire sortir le petit oiseau.

Photo extraite de la série "The Neighbors" (Crédit : Arne Svenson)

Bonne nouvelle : les photos se vendent pour des milliers de dollars dans la galerie Julie Saul. La plus chère a même atteint les 7.500$. Mauvaise nouvelle : les voisins pris en photo à leur insu ne sont pas contents, mais alors pas contents du tout.

Publicité

Ils sont "furieux" de se découvrir pris en photo, parfois dans des situations peu commodes, même si le photographe a délibérément choisi de ne pas montrer les visages de ses sujets. "Le problème, ce sont les enfants. Si [Arne Svenson] attend des heures avec son appareil photo, qui sait quel genre de clichés il a en stock. J'ai pu reconnaître des objets de la chambre de ma fille" a déclaré l'un des résidents qui peut lui-même se découvrir dans un cliché de Svenson.

Photo extraite de la série "The Neighbors" (Crédit : Arne Svenson)

Photo extraite de la série "The Neighbors" (Crédit : Arne Svenson)

Publicité

Photo extraite de la série "The Neighbors" (Crédit : Arne Svenson)

Le photographe accusé de voyeurisme s'est défendu en expliquant que son projet s'apparentait à "l'observation des oiseaux". Selon les experts contactés par le NYPost, il n'y aura probablement aucune poursuite pénale de délit requise contre Svenson, puisque les visages de ses sujets (malgré eux) "ne sont pas entièrement visibles".

En attendant, voyeurisme ou oeuvre d'art ? Peut-être bien les deux.

Publicité

Arne Svenson était en fait un grand amateur de James Stewart. (Crédit : Rear Window Alfred Hitchcock)

On vous conseille également :

Par Théo Chapuis, publié le 17/05/2013

Copié

Pour vous :