Retour sur l’œuvre de Lise Sarfati, auteure du dernier visuel de Paris Photo

Une photographe à la carrière remarquable, aujourd’hui de retour avec l’exposition de sa série Oh man.

Vous connaissez sûrement cette image, tirée de la série Oh Man, qui a servi d’illustration pour toute la communication visuelle de Paris Photo, mais connaissez-vous bien le travail de son auteure, Lise Sarfati ? Aujourd’hui âgée de 59 ans, Lise Sarfati est une photographe française à la carrière remarquable.

Publicité

L’artiste a tout d’abord commencé par faire des études de langues et est sortie diplômée de la Sorbonne en 1979, maîtrise de russe en poche, avec tout de même un véritable intérêt pour l’image puisqu’elle avait rédigé un mémoire de fin d’études sur la photographie russe des années vingt. Après ses études, elle décide de se lancer pleinement dans la photographie et débute en réalisant les catalogues d’exposition pour l’Académie des beaux-arts de Paris.

Passionnée par la Russie, elle décide de partir y vivre en 1989 pour comprendre sur place les nombreux bouleversements de l’époque. Elle y restera une dizaine d’années, durant lesquelles elle réalisera sa série Acta Est, un récit documentaire sur la Russie postsoviétique. Elle décide ensuite d’aller vivre aux États-Unis, pays où les grands espaces nourrissent sa créativité.

Le rapport à l’espace et la relation au vide comme sujets de prédilection

Parmi ses œuvres remarquables, on note Post-Factum, série pour laquelle la photographe est allée photographier l’appartement de Marguerite Duras quelques jours après son décès. Un travail poétique, qui aborde avec sensibilité l’absence et la mort. Sa série de The New Life, a aussi eu un écho tout particulier dans le domaine de la photographie contemporaine. Pour cette série de photos documentaire elle a décidé de traverser tous les États-Unis afin d’immortaliser les adolescents du pays. Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions personnelles dans des établissements prestigieux comme le Los Angeles County Museum of Art, le Centro Italiano per la Fotografia de Turin ou encore la Maison européenne de la photographie.

Publicité

À présent, Lise Sarfati est de retour avec une nouvelle série photo intitulée Oh Man – réalisée entre 2012 et 2013 – et actuellement exposée à la Galerie Particulière. Une série de 17 photographies couleurs et deux grands formats noir et blanc, shootés dans les rues de Los Angeles. En photographiant des passants dans les rues, l’artiste a décidé de s’interroger encore une fois sur la question du vide, mais s’est aussi intéressée aux rapports qu’entretient l’humain avec le paysage. Elle explique :

"J’ai travaillé sur la distance pour créer un rapport ambigu de la relation de l’homme au paysage. Mes images sont de grands formats, mais par leur équilibre, elles permettent au spectateur une liberté extrême : celle de s’attacher au paysage ou à la figure humaine."

À travers ses clichés, l’artiste s’est approprié la ville de manière personnelle : on reconnaît Los Angeles et pourtant on y retrouve la patte de l’artiste. Baigné d’une lumière solaire intense, chacun des clichés a un pouvoir narratif puissant. À contempler jusqu’au 13 janvier prochain à la Galerie Particulière à Paris.

Publicité

© Lise Sarfati, Oh Man, 2013. Avec l’aimable autorisation de la Galerie Particulière, Paris-Bruxelles.

© Lise Sarfati, Oh Man, 2013. Avec l’aimable autorisation de la Galerie Particulière, Paris-Bruxelles.

Lise Sarfati, "Oh Man", jusqu’au 13 janvier prochain à la Galerie Particulière à Paris.

Publicité

Par Lisa Miquet, publié le 22/12/2017

Copié

Pour vous :