©MakeApp

MakeApp, l’application photo qui "démaquille" les visages et fait polémique

L’application MakeApp qui enlève le maquillage des visages a récemment fait scandale.

©MakeApp

Si les applications offrant la possibilité d’utiliser des filtres pour s’embellir sont de plus en plus nombreuses – la couronne de fleurs Snapchat étant le meilleur exemple –, il semblerait qu’une petite nouvelle, appelée MakeApp, adopte la démarche inverse. En effet, si l’application propose une ribambelle de filtres pour se maquiller virtuellement, elle dispose d’une autre fonctionnalité : celle d’ôter le maquillage.

Publicité

Grâce à une intelligence artificielle, l’application détecte les zones du visage qui ont été maquillées et recrée une nouvelle image soi-disant "naturelle" – en réalité, l’appli ternit le visage, ajoute des rougeurs et des cernes, que la personne photographiée ne possède pas nécessairement.

Avec une ergonomie simple, l’application permet alors en deux clics de découvrir le visage de célébrités, de vos amis ou même le vôtre, sans "aucun artifice". La sortie de l’application a généré de nombreuses polémiques. Au premier abord, on pourrait penser que l’application peut être un moyen de rebooster sa confiance en soi : dans une société où les femmes sont toujours montrées de manière très glamour, il peut être rassurant de pouvoir voir des images de célébrités sans maquillage.

Des injonctions contraires

Toutefois, l’application peut aussi être vue sous un angle plus problématique, celui de "révéler ce à quoi ressemblent les femmes sans maquillage". Ce positionnement renforce le sexisme et le paradoxe dans lesquels de nombreuses femmes sont enfermées : on demande aux femmes de prendre soin d’elles, de se maquiller, mais si elles le font, on les accuse de ne pas être naturelles et on fabrique des applications pour "montrer leur vrai visage". Tiraillées au milieu de ces injonctions contraires, de nombreuses femmes ont réagi et ont critiqué l’application.

Publicité

Le fondateur de l’application, Ashot Gabrelyanov, se confie à la rédaction de BuzzFeed au sujet de la polémique :

"Nous avons construit MakeApp comme une expérience et l’avons sorti il y a quelques mois. Malheureusement, la couverture médiatique de l’application ne s’est concentrée que sur sa fonction de démaquillage et on nous a catalogués comme 'une bande de mecs qui essayait de blesser les femmes'. C’est juste si loin de la réalité."

Le site Business Insider a par ailleurs enquêté sur le passé du créateur de l’application, déclarant qu’il était un propagandiste russe pro-Poutine. Il aurait d’ailleurs dirigé pendant quelques années le site d’informations LifeNews qui s’adresse aux communautés pro-life (contre l’avortement et l’euthanasie). Gabrelyanov se défend de ces attaques et souhaite poursuivre le journal pour diffamation.

Publicité

Quoi qu’il en soit, il est intéressant de voir que l’application soulève le débat. Les talents qui peuplent la Silicone Valley ne savent visiblement plus quoi inventer… À quand l’application qui nous épile ?

Par Lisa Miquet, publié le 21/11/2017

Copié

Pour vous :