Philippe Echaroux illumine Central Park avec ses projections de portraits de New-Yorkais

Le photographe et street artist français Philippe Echaroux a habillé l’emblématique Central Park de ses œuvres monumentales et immersives.

© Philippe Echaroux

Après la forêt amazonienne et Los Angeles, c’est en plein cœur de New York que Philippe Echaroux a laissé parler sa créativité avec son projet A World First in New York, qu'il nous dévoile en exclusivité. L’artiste français, reconnu pour son talent indéniable et ces œuvres qui mêlent photographie et street art, prolonge sa démarche artistique qui vise à nous sensibiliser à la cause environnementale.

Publicité

En effet, telle est l’authenticité de cet artiste hors pair : réussir à inscrire ses œuvres au sein même de la nature. Et encore une fois, le résultat est tout simplement épatant. C’est donc au cœur de la Big Apple, véritable berceau de l’art urbain, que le photographe a posé ses valises et son projecteur.

Cette fois-ci, l’artiste français qui revendique vouloir "faire de l’art dans le respect de la nature" projette à la nuit tombée ses portraits de New-Yorkais sur les arbres de l’emblématique parc américain. Comme toujours, la lumière et l’éphémère sont les mots d’ordre de l’artiste, qui ne cesse de nous bluffer.

Ce dernier nous explique : "J’ai choisi New York et plus précisément Central Park, car c’est un exemple opposé à la forêt amazonienne. Ici, la nature est littéralement encerclée par l’homme et prend la forme d’un vaste rectangle."

Publicité

© Philippe Echaroux

Street art 2.0, et osmose entre l’homme et la nature

A World First in New York dénonce très subtilement la domination humaine sur notre planète bleue, bien trop souvent délaissée et détériorée par ses habitants. Philippe Echaroux continue d’affirmer sa volonté inébranlable d’allier son univers artistique à ses convictions écologiques, prédominantes dans son travail.

Le photographe français continue de nous séduire avec son street art 2.0 qui dévoile des portraits puissants et une lumière éclatante qui portent avec brio son militantisme assumé. Ce projet démontre une nouvelle fois sa capacité à innover et surprendre au sein d’un endroit ancré dans l’imaginaire collectif.

Publicité

À travers son art singulier, l’artiste, qui tend à travailler avec et sur du vivant, personnifie une fois de plus la nature. Est-ce la nature qui magnifie ses portraits ou bien ses portraits qui magnifient la nature ? La question se pose, mais le résultat est là. Comme à son habitude, Echaroux nous ouvre les portes de son univers enchanté d’où émane une certaine féerie indescriptible.

© Philippe Echaroux

© Philippe Echaroux

Publicité

© Philippe Echaroux

A World First in New York - Philippe Echaroux from www.philippe-echaroux.com on Vimeo.

Vous pouvez découvrir le travail de Philippe Echaroux sur son compte Instagram et son site.

Par Manon Baeza, publié le 07/06/2018

Copié

Pour vous :