La peinture flamande réinventée par Hendrik Kerstens

Hendrik Kerstens a photographié sa fille Paula pendant plusieurs années. La lumière et la composition de ses images rappellent la peinture flamande.

Bag© Hendrik Kerstens

Bag. (© Hendrik Kerstens)

Quand il a décidé de se consacrer totalement à la photographie en 1995, Hendrik Kerstens s'est alors tourné vers le modèle qu'il avait à portée de main : sa fille Paula. Ce père ressentait un besoin profond de documenter les moments importants de la vie de sa fille à travers un projet photo. En l'observant, il eut alors l'idée d'associer ce projet photographique à sa fascination pour la peinture flamande. La galerie new-yorkaise Danizer rapporte une anecdote de l'artiste :

Publicité

" Un jour, Paula est revenue de l'équitation. Elle ôta son chapeau et je fus frappé par l'image de ses cheveux maintenus ensemble dans un filet. Ce moment m'a rappelé les portraits des maîtres hollandais et je l'ai photographiée comme ça. Après, j'ai commencé à faire plus de portraits dans lesquels je me référais aux œuvres de cette époque. La chose qui me fascine en particulier, c'est la façon dont la peinture du XVIIe siècle est une description de la vie quotidienne, par opposition aux peintures de la renaissance italienne, qui elles, racontent souvent une histoire. La peinture du nord de l'Europe repose beaucoup plus sur l'artisanat et l'interprétation parfaite d'un sujet. La lumière y joue un rôle primordiale."

Une véritable décalage

Il photographie alors sa fille à la manière des grands maîtres en soignant chaque détail : pose, lumière, attitude, coiffure. Il ajoute toutefois sa touche personnelle en utilisant des objets du quotidien pour la mise en scène. Paula est donc coiffée de sac-poubelle, de papier toilette, d'abat-jour ou encore de torchon. Cette beauté sereine associée à ces objets domestiques crée un véritable décalage, une démarche qui rejoint la fonction descriptive de la peinture flamande. Après tout, ces ustensiles constituent notre quotidien et témoingnent d'une époque.

Cette série de portraits qui rappelle immédiatement les peintures de Vermeer, ont d'ailleurs permis au photographe de signer de belles collaborations, notamment une avec le célèbre couturier Alexander McQueen.

Publicité

© Hendrik Kerstens

© Hendrik Kerstens

© Hendrik Kerstens

© Hendrik Kerstens

© Hendrik Kerstens

© Hendrik Kerstens

Publicité

© Hendrik Kerstens

© Hendrik Kerstens

© Hendrik Kerstens

© Hendrik Kerstens

© Hendrik Kerstens

© Hendrik Kerstens

Publicité

© Hendrik Kerstens

© Hendrik Kerstens

© Hendrik Kerstens

© Hendrik Kerstens

© Hendrik Kerstens

© Hendrik Kerstens

© Hendrik Kerstens

© Hendrik Kerstens

© Hendrik Kerstens

© Hendrik Kerstens

Vous pouvez retrouver le travail de Hendrick Kerstens sur son site personnel.

Par Lisa Miquet, publié le 12/08/2016

Copié

Pour vous :