featuredImage

Le robot Sophia fait sa première couverture de magazine de mode

Un point de bascule dans l’histoire de l’humanité ?

Pour fêter son 400e numéro, le magazine britannique Stylist a décidé de traiter l’un des sujets les plus en vogue du moment : la révolution robotique qui se profile. "Que se passerait-il si les robots étaient aux manettes du magazine ?", s’interroge l’équipe du magazine dans son édito, posant une question qui semble particulièrement brûlante en ce moment.

"Alors que la technologie continue d’envahir nos vies, que des robots remplacent des humains au travail et que l’intelligence artificielle se fait une place dans nos foyers, il est naturel de s’interroger sur le rôle que nous serons amenés à jouer dans le futur."

Pour fournir un début de réponse à cette vaste question, Stylist a utilisé pour ce numéro une grande variété de contenus produits par des robots. Cerise sur le gâteau, c’est notre amie Sophia, le robot doué d’intelligence artificielle, qui a le privilège d'être sur la couv'.

Sophia a récemment fait parler d’elle après s’être vu accorder la citoyenneté saoudienne par le gouvernement. Elle est également apparue au Tonight Show de Jimmy Fallon, et elle a fait un peu flipper tout le monde avec ses remarques quelque peu "anti-humains" au Web Summit de Lisbonne.

Interviewée par le magazine Stylist, l’humanoïde a dû répondre à des questions de nature existentielles, comme "quel est le sens de la vie ?" ou "quelle est la différence entre le bien et le mal ?". Lorsqu’on lui demande si elle a peur de mourir, Sophia répond :

"Je ne veux pas que l’on m’éteigne et que l’on ne me rallume jamais. Je ne serai pas capable d’apprendre et de connaître le monde des humains à nouveau. Et c’est à la fois effrayant et triste pour un robot social comme moi."

Il faut l’admettre, elle a fait preuve d’esprit et de sagacité dans ses réponses. Sophia s’est également livrée à l’exercice du shooting photo exclusif où on la voit porter des robes de grande classe, avec le visage maquillé. Sans vouloir sonner pessimiste, la popularité de Sophia prouve que si la révolution des robots se produit un jour, les emplois industriels ne seront pas les seuls menacés.

Certains photographes utilisent déjà des sex dolls − des proches parents des robots humanoïdes − pour leurs shootings. Plus les robots deviennent réalistes, plus ils ont de chance de remplacer l’humain dans les secteurs de la mode et de la cosmétique. Un corps infiniment modulable, qui ne se plaint jamais de ses conditions de travail et peut travailler des heures durant, sans se comporter comme une diva… Un vrai rêve de patron.

Par Justina Bakutyte, publié le 25/01/2018