Romain Veillon explore le parc d'attractions abandonné de Nara Dreamland

Romain Veillon, spécialisé dans les lieux laissés à l'abandon, a eu l'occasion de partir au Japon cet été. Le photographe a profité de son voyage pour immortaliser l'ancien parc d'attractions de Nara Dreamland.

Lors de son dernier séjour au Japon, Romain Veillon a visité Nara Dreamland, célèbre parc d'attractions abandonné. Construit dans la banlieue d'Osaka dans les années 1960, le lieu avait pour thématique l'univers de Disney, sans dépendre véritablement de la franchise américaine. Le parc a d'abord connu un énorme succès et accueilli de nombreux enfants, venus en famille s'y distraire. Toutefois, lorsqu'un véritable Disney World a ouvert ses portes à Tokyo et que les studios Universal ont lancé leur parc à thème à Osaka, Nara Dreamland n'a pas résisté à la concurrence et a dû fermer ses portes en 2006.

S'il ne divertit plus les petits et les grands comme autrefois, le lieu est devenu un véritable parc d'attractions pour photographes, heureux d'explorer cet endroit désormais abandonné. Parmi les montagnes russes, la végétation semble avoir repris sa place, conférant au lieu une atmosphère post-apocalyptique. Romain Veillon, spécialisé dans l'exploration d'endroits abandonnés, a lui aussi voulu immortaliser le site. Pour l'occasion, il a accepté de répondre à quelques questions.

Publicité

urbex-13

© Romain Veillon

Cheese | Qu'est-ce qui t'a donné envie d'aller là-bas ?
Romain Veillon | J’avais déjà vu des photos du lieu, assez connu sur Internet (on peut même le trouver dans certains guides touristiques), et j’ai été immédiatement attiré par cet endroit incroyable ! Je trouvais que l’atmosphère qui se dégageait de ce parc était unique et que l’esthétisme qui émanait des attractions était idéal pour les photographes. Ça n’est pas tous les jours qu’on peut explorer un parc d’attractions abandonné de cette taille. Et comme le Japon est aussi un pays qui m’a toujours fasciné, je me suis dit qu’il fallait que je me dépêche d’y aller !

Comment as-tu découvert ce lieu ?
Comme beaucoup de gens, j’ai dû lire un article sur cet endroit il y a longtemps. Quand on s’intéresse aux lieux abandonnés, Nara Dreamland est une sorte de mythe dont on entend assez rapidement parler. S'y rendre est un rêve pour beaucoup de monde, mais comme c’est au Japon peu de personnes ont l'opportunité de faire le voyage !

Publicité

Était-ce compliqué d'y accéder ?
Non, le parc est facilement accessible. Il faut juste croiser les doigts pour ne pas tomber sur un gardien car l’amende peut être salée si on se fait attraper. Mais je tiens à préciser que le lieu est assez dangereux, particulièrement ses deux montagnes russes. Avec le temps, les structures sont devenues instables et je déconseille fortement aux gens d'essayer de monter dessus.

urbex-2

© Romain Veillon

Toi qui as l'habitude de visiter des lieux abandonnés, as-tu trouvé que celui-ci avait quelque chose en particulier ?
Oui, de par son histoire, sa nature même et son architecture. Contrairement à d'autres endroits que j'ai pu explorer jusqu'à maintenant, Nara Dreamland était un lieu où l'on venait chercher le bonheur et la joie le temps d’un après-midi. Lorsque l’on l’explore ce type de lieu, on est partagé entre un sentiment de tristesse, en voyant que les rires se sont arrêtés définitivement, et l’enthousiasme, à l'idée de pouvoir découvrir tout ça. On est immédiatement renvoyé en enfance. Je suis d'ailleurs convaincu que c’est dans notre enfance que nous puisons les souvenirs les plus forts et les plus marquants de notre vie.

Publicité

Quelle était l'atmosphère là-bas ?
Magique. La multitude de couleurs et les différentes attractions créent un univers féerique qui  stimule l'imagination : on essaie de se projeter, de visionner le lieu plein de vie avec des enfants qui jouent et se promènent dans le parc. Par comparaison avec les images que j’avais l’habitude de voir, j’ai constaté que la végétation avait vraiment pris le dessus et envahissait littéralement toutes les attractions. Ça rendait la beauté du lieu encore plus particulière, donnant l'impression que l’homme a disparu de la planète. Personnellement, c’est ce que je préfère quand la nature montre à quel point peu de temps lui suffit pour reprendre possession des constructions humaines.

As-tu une anecdote en particulier à nous raconter ?
J’aimerais bien avoir une anecdote surprenante ou angoissante à raconter au sujet de cette visite mais malheureusement, ça a été l'une de mes explorations les plus paisibles. Une fois n’est pas coutume ! Je suis resté plus de cinq heures là-bas et je n’ai croisé personne. Seules les grenouilles vous dérangent en faisant du bruit !

urbex-3

© Romain Veillon

Publicité

urbex-4

© Romain Veillon

urbex-5

©Romain Veillon

urbex-6

© Romain Veillon

urbex-7

© Romain Veillon

urbex-8

© Romain Veillon

urbex-9

© Romain Veillon

urbex-11

© Romain Veillon

urbex-12

© Romain Veillon

urbex-14

© Romain Veillon

urbex-15

© Romain Veillon

urbex-16

© Romain Veillon

urbex-17

© Romain Veillon

urbex-18

© Romain Veillon

urbex-1

© Romain Veillon

Vous pouvez retrouver le travail de Romain Veillon sur son compte Instagram. Le photographe a récemment publié un ouvrage et expose ses clichés jusqu'au 18 décembre 2016 au Musée de la Poste à Paris. 

Par Lisa Miquet, publié le 04/10/2016

Copié

Pour vous :