Sal Moriarty juxtapose avec sensualité les corps de deux femmes

Sal Moriarty mélange symétrie et flexibilité en superposant le corps de deux femmes. En résulte une série remplie de douceur et de sensualité.

© Sal Moriarty

En créant un cadre intimiste, la photographe californienne Sal Moriarty magnifie les corps de ses deux modèles : Alana Schoen et Bridget Avildsen. Sans rechercher une quelconque érotisation ou connotation sexuelle, elle entremêle ces deux corps complètement nus, le tout dans une esthétique symétrique et inspirante. L’harmonie parfaite des images nous laisse imaginer la confiance et la complicité des deux femmes. Toutes deux sportives, leur pratique de la gymnastique et de la danse se ressent à travers la maîtrise des différentes postures. La photographe explique au site C-Heads que rien n’était pensé ou prémédité, et que les deux femmes n’agissaient qu’en fonction de leur instinct :

Publicité

"Ces poses peuvent sembler très sérieuses. Mais nous étions en train de rire tout du long. Alana et Bridget se connaissent depuis un certain temps, chacune réagissait aux impulsions de l’autre, même si, souvent, elles étaient de dos et ne se voyaient pas.

J’arrive à voir tellement de choses en ses poses : des courbes, une bonne et une mauvaise relation, des créatures mythologiques… Un peu comme quand on regarde les nuages dans le ciel… Mais je pense que ces cambrures veulent dire plusieurs choses et rien à la fois. Ce que j’apprécie le plus, c’est sans aucun doute la spontanéité de la chose."

Elle considère le corps comme un langage, et joue avec la superposition des couches de peau. Il en découle une série de photos douce, sensuelle et étrange, qui donne une tout autre signification à la notion de nudité.

© Sal Moriarty

Publicité

© Sal Moriarty

© Sal Moriarty

© Sal Moriarty

Publicité

© Sal Moriarty

© Sal Moriarty

© Sal Moriarty

Publicité

© Sal Moriarty

© Sal Moriarty

© Sal Moriarty

© Sal Moriarty

© Sal Moriarty

© Sal Moriarty

© Sal Moriarty

© Sal Moriarty

© Sal Moriarty

© Sal Moriarty

Par Dounia Mahieddine, publié le 24/08/2017

Copié

Pour vous :