Vos photos Instragram pourraient servir à évaluer votre santé mentale

Des chercheurs de Harvard et de l'Université du Vermont ont développé un outil qui permettrait de détecter les cas de dépression à partir d'images publiées sur Instagram. 

feature-etude

© Urban Fishing/Flickr

Si jusqu'à présent votre compte Instagram pouvait donner des informations sur vos goûts, votre quotidien, vos habitudes ou encore votre mode de vie, il semblerait que vos images publiées en ligne puissent aussi refléter votre santé mentale.

Publicité

En effet, comme le rapporte le site Digital Rev, une étude menée par des chercheurs de Harvard et de l'Université du Vermont met en évidence une corrélation entre les images postées par des utilisateurs sur Instagram et leur état de santé mentale. Les chercheurs ont observé plus de 40 000 photos publiées sur la plateforme et provenant de 166 comptes tenus par des personnes participant à l'étude. Ils ont analysé les couleurs, la saturation, les métadonnées ou encore les expressions des visages apparaissant sur les clichés grâce à un algorithme.

L'étude a conclu qu'il était possible de détecter les personnes reconnues comme cliniquement dépressives dans 70 % des cas avec "un nombre relativement bas de loupés ou de fausses alarmes". Visiblement, les personnes atteintes de dépression publieraient une plus grande quantité d'images et favoriseraient les tons sombres et les couleurs froides comme le bleu, le gris, avec un attrait particulier pour le filtre Inkwell. À l'inverse, les nombreuses personnes épargnées par la dépression utiliseraient davantage le filtre Valencia, qui apporte une teinte jaune aux images.

Health

Les différences de filtres Instagram utilisés entre personnes atteintes de dépression et celles qui ne le sont pas. (© Petapixel)

Publicité

Dans un extrait de l'étude publié sur le site de la Cornell University Library, les chercheurs précisent :

"Nos résultats ont dépassé le taux de réussite du diagnostic moyen de la dépression lorsqu'il est effectué par des médecins généralistes. Notre méthode a même fonctionné lorsque notre analyse était limitée à des photos publiées avant que les personnes dépressives ne soient diagnostiquées. Ces résultats nous suggèrent de nouvelles pistes pour le dépistage précoce et la détection de cette maladie mentale."

Les auteurs de l'étude nuancent tout de même leurs propos en précisant que "les découvertes rapportés ici ne doivent pas être considérées comme des faits immuables".

Publicité

Aussi surprenante que soit cette étude, il se pourrait qu'elle soit une véritable avancée dans la détection de la dépression. Toutefois, nous pouvons nous demander si un simple choix de couleur peut réellement être révélateur d'une maladie mentale aussi complexe. Des vérifications à plus grande échelle sont peut-être nécessaires.

En attendant, choisir un filtre pour votre dernière photo de vacances va être une affaire encore plus compliquée.

Par Lisa Miquet, publié le 18/08/2016

Copié

Pour vous :