Sea, surf et waves, les photos de Fabien Voileau sentent la wax

Oscillant entre Paris et Auckland (Nouvelle-Zélande), le natif de Nantes emporte son appareil partout avec lui, et notamment sur sa planche de surf.

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

Fabien Voileau a passé une bonne partie de sa vie au bord de l'océan. Il a simplement troqué l'océan Atlantique de l'Ouest de la France pour les côtes des océans Indien et Pacifique de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande. Le photographe lie ses premières amours à son talent de photographe.

Passionné de skate et de surf, ses activités sont au cœur de ses œuvres : de façon frontale, en en faisant l'objet d'une photo et, plus insidieusement, dans l'âme qu'il leur donne. Dans un article de Retard Magazine, il affirmait : "C'est le sentiment de liberté que j'aime photographier : celui que l'on retrouvait dans le skate et le surf quand j'étais ado."

À la recherche du calme

Cette nouvelle série est une sorte de caméra embarquée du surf. Depuis sa board, il immortalise sa passion. Il nous explique que concilier surf et photo n'est pas toujours une mince affaire : "Tu dois choisir entre ta board et ton appareil. Cette série est tirée des moments où j'ai choisi l'appareil." Ces photos ont été réalisées entre la Nouvelle-Zélande, la France (la Bretagne et le Pays basque), l’Indonésie et les États-Unis. La particularité de ses photos, ajoute-t-il, réside aussi dans le matériel choisi :

"Je photographie avec un vieil appareil photo argentique lorsque je suis dans l’eau (avec mes palmes), où tout est manuel, même la mise au point (il n'est donc pas simple de prendre un sujet en mouvement), un Nikonos V (rendu célèbre par le capitaine Cousteau), le tout sur pellicule 35 La mm, couleur ou noir et blanc. Toutes les autres photos, prises hors de l’eau, ont été prises avec un vieux Canon."

À 30 ans, l'autodidacte fait l'éloge de la découverte de l'autre. Fasciné par les déserts et les endroits reculés depuis qu'il a quitté la France pour l'Océanie il y a dix ans, Fabien Voileau part depuis à la recherche de ce calme à travers les paysages de la Californie, du Moyen-Orient ou de l'Afrique du Nord. Il avait déjà partagé sa soif de découverte et son désir d'évasion dans une série consacrée à un road-trip au-delà du cercle Arctique.

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

© Fabien Voileau

Par Lise Lanot, publié le 03/02/2017