Un compte Instagram fait revivre les gangs chicanos des 90's

Sur Instagram, le compte @veteranas_and_rucas offre une immersion nostalgique dans les party crews chicanos de la Californie des années 1990. Une culture dans laquelle les femmes ont une place éminemment importante.

Instagram est une vaste contrée. Près de six ans après sa création par Kevin Systrom, le réseau social réunit désormais 400 millions d'utilisateurs qui partagent chaque jour quelque 800 millions de photos. Outre les comptes personnels, via lesquels tout un chacun peut témoigner de sa petite vie tranquille, certains comptes se transforment en vitrines virtuelles pour les créateurs de mode, en fil d'actualité médiatiques ou encore en journaux intimes de célébrités.

Publicité

Mais d'autres encore, plus rares, proposent une immersion dans la vie des gangs. Les Hells Angels par exemple, ces bikers tatoués qui forment actuellement l'une des plus grandes organisations au monde, distillent chaque jour des clichés vantant les mérites de leurs puissantes motos. Mais c'est un compte plus intimiste auquel nous nous intéressons aujourd'hui : celui des "Veteranas and Rucas".

Les femmes au premier plan

Créé par Guadalupe Rosales, une ancienne membre des Aztek Nation, ce compte Instagram offre une plongée nostalgique dans la vie des party crews chicanos du Sud de la Californie dans les années 1990 (des gangs marqués par la culture rave, qui organisaient de nombreuses soirées à cette époque), en se focalisant sur les femmes. "Le terme 'Veterana' désigne une personne qui a dédié son travail et son temps à la culture du gang, et on utilise le mot 'ruca' pour désigner une fille", expliquait Guadalupe Rosales au LA Weekly il y a quelques mois.

Insatiables (Chicanas of the Month) oct/nov 1993 #StreetbeatMagazine

Une photo publiée par Chicana Cali Life Foto Archive (@veteranas_and_rucas) le

Publicité

"Les femmes peuvent être attirantes quand elles ont l'air fortes"

Ce compte, suivi par plus de 50 000 adeptes, fait ainsi revivre quelques-uns des party crews les plus actifs de Los Angeles et de ses environs, tels que l'East LA Madness, l'East LA Q-Teez, le Midnight Pleasure, le Swing Kidz ou encore l'Operation X.

Publicité

Un moyen pour Guadalupe Rosales, qui y poste principalement des photos issues de sa collection personnelle, de se remémorer des êtres chéris, des amis perdus, mais aussi de célébrer les femmes issues de cette culture. "Ce qui m'intéresse, c'est de montrer des femmes qui ont l'air d'être fortes, confiait-elle au LA Weekly. Elles ont l'air dures, et j'aime montrer des photos comme ça parce que j'ai envie de dire que les femmes peuvent être attirantes quand elles ont l'air fortes."

On y découvre ainsi de nombreuses chicanas aux cheveux longs, affublées de bijoux dorés, de crop tops ou de vestes à carreaux, représentant fièrement la culture chola, qui a, à l'instar d'autres sous-cultures, fait l'objet d'appropriation culturelle au cours de ces dernières années (de Lana Del Rey à Gwen Stefani en passant par Nicki Minaj). Une appropriation dont Guadalupe Rosales se dit consciente, comme elle l'expliquait dans les lignes du LA Weekly :

"Certaines personnes diront des choses du genre, 'Viens on s'habille comme ça le week-end prochain pour Halloween' ou 'Prenons des photos habillés comme ça' – et de cette façon, ça devient un truc de hipster blanc. [Avec ce compte Instagram] j'expose cette culture, et il n'y a rien que je puisse faire contre ça. C'est inévitable."

Publicité

Perpétuer la culture des party crews

En tant que témoin de cette époque, Guadalupe Rosales compte bien se battre, en dehors du réseau social, pour mettre en lumière ce pan de la culture chicano. Le 20 janvier dernier, elle organisait, en collaboration avec la branche Chicano Studies Research Center de l'université UCLA, une conférence intitulée "Southern California Chicano Party Crews and Rave Scene in the 1990s", qui mettait à l'honneur cette culture quasi disparue aujourd'hui.

Forte de ce succès, elle s'apprête aujourd'hui à prendre d'assault le PSSST, un espace artistique à but non lucratif basé à Boyle Heights (un quartier de Los Angeles principalement occupé par une population mexicaine-américaine), pour un événement entièrement dédié à cette culture. En attendant de voir vivre ce projet, qui devrait naître l'année prochaine, Guadalupe Rosales continue de mettre à l'honneur la culture de ces party crews sur Instagram.

San Diego Oldskool 1997/98 "Ladies Party Insane" crew Exotik, Mystikal & GoodGirl (photo: @zombiekween )

Une photo publiée par Chicana Cali Life Foto Archive (@veteranas_and_rucas) le



Magic Mountain 1995 (photo: @lareynamexicana. @roziemcg3. @yeschula9 @dianamatos81 )

Une photo publiée par Chicana Cali Life Foto Archive (@veteranas_and_rucas) le


Patty & her cousin back in 1991 Compton, California (photo: @patty_bo91 )

Une photo publiée par Chicana Cali Life Foto Archive (@veteranas_and_rucas) le


Varrio #SimiValley 13 #Sur13

Une photo publiée par Chicana Cali Life Foto Archive (@veteranas_and_rucas) le


"Whittier where the girls are prettier" 1993 (photo: @stephanie_loveslife )

Une photo publiée par Chicana Cali Life Foto Archive (@veteranas_and_rucas) le


Varrio #SimiValley 13 #Sur13

Une photo publiée par Chicana Cali Life Foto Archive (@veteranas_and_rucas) le


Senior ditch day 1995 Indio high school at mission beach San Diego (photo: @xulitron )

Une photo publiée par Chicana Cali Life Foto Archive (@veteranas_and_rucas) le


"Ladies de Montebello" 1997 #90640 #Montebello

Une photo publiée par Chicana Cali Life Foto Archive (@veteranas_and_rucas) le

Par Naomi Clément, publié le 29/02/2016

Copié

Pour vous :