Une photo iconique d’Alex Turner des Arctic Monkeys a failli causer un procès

Un photographe a failli être poursuivi en justice par les Arctic Monkeys pour l'utilisation commerciale de sa photo par des commerçants peu scrupuleux.


Avec Internet, il est devenu très facile de nos jours de s’approprier le travail d’un autre pour le reproduire et le distribuer sans demander la permission de quiconque. C’est exactement ce qui est arrivé au photographe espagnol Alberto Van Stokkum, qui a capturé un portrait devenu iconique d’Alex Turner, le chanteur des Arctic Monkeys pour le magazine Rolling Stones.

Dans une interview avec le journal El País, il raconte avoir reçu une commande du magazine qui a abouti sur une séance unique en son genre : "Je suis sûr qu’Alex Turner se souvient de moi. Je ne pense pas que beaucoup de photographes lui aient demandé de jeter sa cigarette vers l’objectif ou de leur cracher dessus."

Publicité

Une image commercialisée sans autorisation

Publicité

Publicité

Lui-même un fan assumé du groupe, il n’avait pourtant pas imaginé l’impact qu’aurait le cliché, ni qu’il était reproduit sans son autorisation depuis deux ans :

"J’ai été volé ! Pendant deux ans, des T-shirts avec ma photo d’Alex Turner ont été vendus par des boutiques en ligne ou à Camden Town à Londres, et malheureusement je ne suis pas en mesure de faire quoi que ce soit pour l’empêcher."

Problème : le groupe s’est lui aussi rendu compte que l’image de son chanteur était commercialisée sans qu’ils aient été consultés et ils se sont retournés contre le photographe. Il explique avoir été contacté par leur avocat : "C’était un mail rédigé sur un ton étrange, qui sous-entendait que j’exploitais la photo sans leur consentement."

Publicité

Heureusement pour le photographe, les Arctic Monkeys n’ont pas donné suite au litige quand ils ont compris la situation. Mais l’histoire reste un bon exemple des conséquences que peuvent avoir le fait d’emprunter sans autorisation, juste par facilité.


 

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet.

Par Janila Castaneda, publié le 30/11/2016

Copié

Pour vous :