Par Donnia Ghezlane-Lala

Le temps d’un One Minute Project, la photographe américaine nous a présenté sa première exposition en France.

Jusqu’au 28 avril 2018 à la galerie Praz-Delavallade, Genevieve Gaignard expose "Hidden Fences", réunissant les autoportraits qu’elle a réalisés ces trois dernières années ainsi que deux installations. Née d’une mère blanche et d’un père noir, et élevée dans une ville du Massachusetts, Gaignard a grandi entre deux cultures. À travers ses autoportraits, elle questionne les normes, l’identité, la féminité et l’ethnicité :

"L’art est un outil puissant pour le changement social. […] J’espère créer un langage visuel à la fois accessible et impitoyable dans sa manière d’articuler l’importance de l’identité noire. Ma peau claire implique le privilège et je me suis engagée à ne pas me complaire dans cela", explique l’artiste sur le site de la galerie.

À grand renfort de costumes, de coiffes et de maquillage, elle imagine différents personnages, archétypes de la société américaine et directement inspirés des codes de la pop culture en détournant les clichés avec humour.

"Hidden Fences", exposition de Genevieve Gaignard jusqu’au 28 avril 2018, à la galerie Praz-Delavallade à Paris.