Facebook aurait supprimé des photos de profil contenant un snapcode

Nouvelle offensive dans la guéguerre que se livrent les géants de la Silicon Valley : Facebook supprimerait les photos de profil contenant un snapcode. 

snap-feature

La vie n'est pas toute rose dans la Silicon Valley, où des guerres semblent se déclarer entre géants des réseaux sociaux et où les querelles se suivent comme les épisodes d'une bonne vieille série américaine.

Publicité

Depuis quelques mois, Facebook parait en effet se sentir menacé par l'émergence de Snapchat. Après avoir tenté, en vain, d'acheter l'application de partage de vidéos, le réseau social de Mark Zuckerberg semble mettre en place une stratégie visant à compliquer son développement. Récemment, Instagram (qui appartient à Facebook) a lancé ses stories, une nouvelle fonctionnalité très fortement inspirée de Snapchat. Et dernièrement, Facebook aurait carrément supprimé des photos de profil contenant des snapcodes, c'est-à-dire des visuels permettant, en les scannant directement, de faciliter l’abonnement à un compte Snapchat.

Comme le relate le blog Influenth le 21 septembre dernier, le community manager de PlayStation Julien Bourrey en a fait les frais, puisque la page de la marque était justement illustrée d'un snapcode. Une fois son image supprimée, il a partagé une capture d'écran sur Twitter.

Publicité

Visiblement, Facebook aurait récemment modifié ses politiques de contenu vis-à-vis des marques pour les pages professionnelles. Il ne serait plus possible de mettre un produit ou une marque en photo de profil ou encore de couverture :

Publicité

"N’intégrez aucun produit tiers, aucune marque, ni aucun sponsor à la photo de couverture ou à la photo de profil de votre Page."

Snapchat étant considéré comme une marque déposée, les snapcodes devraient donc désormais être supprimés. Cette nouveauté est un frein considérable au développement de son audience, car les autres réseaux peuvent être de véritables leviers pour gagner des abonnés sur la plateforme de vidéos. Nous pouvons donc nous questionner : véritable changement de politique ou moyen détourné de taper sur son concurrent émergent ?

À quand la prochaine querelle ? La suite au prochain épisode.

Publicité

Par Lisa Miquet, publié le 22/09/2016

Copié

Pour vous :