Le gagnant du concours de selfies organisé par la galerie Saatchi a été révélé

On en parlait il y a quelques mois, la galerie Saatchi voulait rendre hommage au phénomène du selfie à travers une expo intitulée From Selfie to Self-Expression. Avant le début de l'événement, le 31 mars prochain, un concours photo a été organisé pour élire le grand vainqueur du #SaatchiSelfie.

The Substitute (holiday). (© Dawn Woolley)

The Substitute (holiday). (© Dawn Woolley)

Les galeries ne peuvent plus passer à côté du selfie, et certaines, en avance sur leur temps, veulent même l'aborder comme un pan à part entière de l'art photographique. C'est le cas de l'exposition récemment organisée par la galerie Saatchi qui considère le selfie comme une manifestation de l'expression personnelle.

Publicité

Du 23 janvier au 12 mars 2017, la galerie a mis en place un concours pour récompenser les meilleurs selfies. Le jury était composé d'un bel éventail d'artistes : Juergen Teller, Tracey Emin, Juno Calypso, Idris Khan et Nigel Hurst (le directeur de la galerie). Ils ont reçu plus de 8 000 soumissions, ont dû dresser une liste de dix finalistes et désigner un gagnant. Les finalistes auront la chance d'être exposés dans la galerie à partir du 31 mars, date d'inauguration de l'exposition à Londres, tandis que le gagnant sera envoyé sur un photoshoot international avec un ambassadeur de Leica.

Dawn Woolley, grande gagnante avec son selfie conceptuel

C'est Dawn Woolley, une photographe anglaise, qui a remporté le premier prix. Son selfie, ci-dessus, apparaît comme une œuvre conceptuelle : on y voit un homme allongé sur l'herbe tenant une silhouette de femme, grandeur nature, imprimée sur du papier. Dawn Woolley s'attache à représenter le selfie comme un art protéiforme, qui ne se limite pas à un Smartphone, une bouche en cul-de-poule et un bras tendu. À propos de sa photo, Dawn explique sur le site de Saatchi :

"Ma photo est un selfie, mais pas au sens traditionnel du terme. Dans mon travail, je crée une copie photographique de moi-même que je place dans le monde extérieur (au lieu de poser moi-même). Cela m'établit en tant qu'objet, ce qui pourrait être critiqué : on pourrait me reprocher que je produis des images qui renforcent les stéréotypes liés au corps féminin. Mais en réalité, à travers cet exhibitionnisme apparent, je crée un substitut qui rend mon propre corps invisible."

Publicité

En passant son corps en 2D, elle se le réapproprie et le met au cœur de l'image en provoquant la perception du spectateur qui s'attend à voir des objets 3D photographiés. À travers une approche plastique, elle explique que son corps "renvoie directement à la photographie, en tant que medium et objet 2D".

Une jolie sélection de finalistes

La galerie Saatchi a dressé un top 10 des soumissions avant la révélation du vainqueur. Des reflets dans des miroirs, des visages cachés derrière des fentes ou des cheveux... Les voici :

Duo. (© Finnian Croy)

Duo. (© Finnian Croy)

Publicité

Torn. (© Sarah Carpenter)

Torn. (© Sarah Carpenter)

Untitled - #4. (© Gonzales Patrick)

Untitled - #4. (© Gonzales Patrick)

"My only dream was about being beautiful, but it was hurting me…. I had to do it…..". (© Ola Walków)

"My only dream was about being beautiful, but it was hurting me…. I had to do it…." (© Ola Walków)

Publicité

Walk with myself in the park. (© Felicia Hodoroabă-Simion)

Walk with myself in the park. (© Felicia Hodoroabă-Simion)

Africa High (Tennis). (© Andy Kassier)

Africa High (Tennis). (© Andy Kassier)

Life Is Possible Only Where Life Can Exist. (© De Haes Debora)

Life Is Possible Only Where Life Can Exist. (© Debora de Haes)

Gayngel 2. (© Ollie Hayward)

Gayngel 2. (© Ollie Hayward)

Predators. (© Van O)

Predators. (© Van O)

Par Donnia Ghezlane-Lala, publié le 10/04/2017

Copié

Pour vous :