Subway Hands, l'Instagram fétichiste qui compile les mains dans le métro

Depuis un an, Hannah Ryan a trouvé un bon moyen d'occuper ses allers-retours en métro : elle compile des photos de mains sur son Instagram, Subway Hands.


Si le célèbre dicton affirme que "les yeux sont le reflet de l'âme", il semble que pour Hannah Ryan, le reflet de notre âme, ce sont nos mains. En tous cas, dans les transports en commun. Qu'elles soient pleines d'amour et tiennent celles d'un être cher, qu'elles se sentent un peu trop à l'aise et grattent des endroits inappropriés (oui, oui, ça arrive) ou qu'elles se tordent de stress, Hannah Ryan capture nos émotions à travers nos mains.

Pour The Creators Project, la photographe explique avoir toujours observé ses congénères dans le métro. Jusqu'à se focaliser sur une partie spécifique de leur anatomie, pendant ses allers-retours entre Brooklyn et Manhattan : "J'ai commencé à observer comment le langage corporel des gens était centralisé dans leurs mains. Parfois, leurs gestes laissent entrevoir leur humeur ou une expérience personnelle."

Publicité

Comme un catalogue des émotions new-yorkaises, Subway Hands compile les gestes des citoyens, des plus banals aux plus étranges... Hannah dit avoir puisé son inspiration dans une photographie de Georgia O'Keefe, prise par son mari Alfred Stieglitz : "Ses mains prennent toute la place dans l'image, leur pose est sensuelle et dramatique, plus expressives que son visage. Les mains sont bizarres. Elles réagissent à l'instinct. La majorité du temps, on les laisse faire leur truc. Je pense qu'elles nous représentent de la façon la plus honnête possible."

Au début, la jeune femme se faisait souvent prendre en flagrant délit. Elle raconte avoir affiné sa technique et être de plus en plus discrète, mais lorsque quelqu'un remarque ce qu'elle fabrique, elle explique tout de go le projet : "Parce que c'est un peu flippant de se faire photographier dans le métro sans explication."

Comme le suggère une internaute, après les mains, Hannah Ryan se lancera peut-être dans la photographie des pieds...

Publicité








Par Lise Lanot, publié le 13/02/2017

Copié

Pour vous :