35 ans après, il découvre que le mime qu'il avait photographié était Robin Williams

Au début des années 70, un jeune photographe a capturé la performance d'un duo de mimes à Central Park. 35 ans plus tard, il découvre que l'un d'eux n'était autre que... Robin Williams. Retour sur une histoire pas comme les autres.

1974. Daniel Sorine est un jeune photographe en herbe, parmi tant d'autres. Avec son objectif, il parcourt les rues de New York, comme il le raconte aujourd'hui à PetaPixel :

Dans les années 1970, j'étais un jeune photographe, à court d'argent, ne pouvant se payer un studio ou des voyages aventureux à travers le monde entier à la recherche de l'image parfaite. [...] Du coup, les rues de New York étaient devenues mon studio, tout comme pour de nombreux autres photographes en herbe.

Publicité

Sorine aimait passer son temps à Central Park, qu'il décrit comme "un paradis pour les photographes grâce à un nombre illimité d'artistes qui y présentent leurs différents talents".

Deux de ces nombreux artistes ont un jour attiré son attention. Deux hommes muets aux visages pâles et aux yeux noircis par le maquillage. Plantés entre deux arbres du plus grand espace vert new-yorkais, ils se mettent en scène et distraient les passants. Leur métier : mime. Avec son objectif, le photographe capture la performance des artistes, et s'en va.

1974 – Robin Williams et Todd Oppenheimer, deux mimes à Central Park. (Crédit photo : Daniel Sorine)

1974 – Robin Williams et Todd Oppenheimer, deux mimes à Central Park (Crédit photo : Daniel Sorine)

Publicité

À ce moment-là, le photographe ne savait pas que l'homme qu'il prenait en photo allait devenir l'un des acteurs les plus respectés d'Hollywood. (Crédit photo : Daniel Sorine)

À ce moment-là, le photographe ne savait pas que l'homme qu'il prenait en photo allait devenir l'un des acteurs les plus respectés d'Hollywood (Crédit photo : Daniel Sorine)

Des clichés qui verront le jour 35 ans plus tard

À cette époque-là, Daniel Sorine ne sait pas que les clichés qu'il vient de prendre renferment un véritable trésor. Les négatifs de cette séance photo restent pendant longtemps au fond de ses tiroirs. Il ne les développe que 35 années plus tard.

C'est à ce moment-là que le photographe se rend compte que l'un des deux mimes n'était autre que... Robin Williams. Peu de temps avant de se faire repérer par le milieu hollywoodien, le regretté acteur se produisait donc en public avec son binôme Todd Oppenheimer. Car ce n'est que quelques semaines plus tard, la même année, en 1974, que l'acteur se fait remarquer par le cinéaste Garry Marshall lors d'une audition pour la série télé Happy Days.

Publicité

Daniel Sorine raconte :

Ce qui m'avait attiré chez Robin Williams et son compatriote mime, Todd Oppenheimer, c'était une quantité inhabituelle d'intensité, leur personnalité et leur fluidité physique. [...] Quand je me suis approché d'eux avec mon Pentax Spotmatic, il se sont invités dans mon appareil photo sans que je n'aie à leur courir après.

Sans le savoir, il venait d'immortaliser "un moment merveilleux et historique". Un moment qu'on prend plaisir à découvrir, peu de temps après la disparition de l'acteur américain. Avec lui s'en est allée une partie de notre enfance, marquée par un acteur talentueux au jeu généreux bourré de sensibilité et d'émotions. Des qualités qu'il employait déjà, avec énergie et passion, à Central Park.

Publicité

(Crédit photo : Daniel Sorine)

(Crédit photo : Daniel Sorine)

Crédit photo : Daniel Sorine

(Crédit photo : Daniel Sorine)

Par Rachid Majdoub, publié le 18/08/2014

Copié

Pour vous :