Détroit : les voitures fantômes de Motor City

Le photojournaliste Joshua Lott a immortalisé les voitures abandonnées de Détroit, anciennes gloires de la ville. 

Les photos sont lourdes de sens. Symboles de Détroit, certaines voitures errent aujourd'hui dans les rues de la cité. Ancien fleuron de l'industrie automobile américaine, la Motor City est aujourd'hui l'ombre d'elle-même. 

Désertées, certaines de ses habitations tombent en ruine. Des quartiers prennent la rouille, des parcelles de béton s'habillent d'un manteau de hautes herbes. De quelques unes de ses voitures, à qui la ville du Michigan doit son dynamisme dans les années 50, puis sa chute, ne restent que des carcasses sans vie.

Publicité

Le photojournaliste Joshua Lott (qui avait notamment shooté la campagne présidentielle de Barack Obama) est allé à la rencontre des voitures fantômes de Détroit, son fief, pour immortaliser la décadence de Motor City qui est connue pour être la ville des Big Three, soit les marques Ford, General Motors et Chrysler.

© Joshua Lott

© Joshua Lott

© Joshua Lott

© Joshua Lott

Publicité

© Joshua Lott

© Joshua Lott

© Joshua Lott

© Joshua Lott

© Joshua Lott

© Joshua Lott

Publicité

© Joshua Lott

© Joshua Lott

© Joshua Lott

© Joshua Lott

© Joshua Lott

© Joshua Lott

Publicité

Première grande ville des États-Unis à avoir été déclarée en faillite avec 18 milliards de dollars de dettes accumulées depuis quatre décennies, Détroit tente aujourd'hui de se relever. Mais le réveil est difficile, entre un chômage à 12,2% au mois de décembre 2014 (en baisse, à 18% en juillet 2014), l'effondrement de sa population passée de 1,8 million à 685 000 entre 1950 et 2013, un déclin industriel, et une crise économique en 2008 qui lui avait fait mettre un genou à terre.

À voir : “City of Dreams”, la ville de Détroit entre grandeur et décadence

Ses géants de l'automobile General Motors et Chrysler sauvés in extremis, la Motor City regarde aujourd'hui vers l'avenir. Avec un horizon qui se dessine davantage depuis la récente mise en place d'un plan de sortie de faillite visant à effacer près d'un tiers de sa dette – sept des 18 milliards de dollars. Mais cela prendra du temps, et les décors de la ville ne reprendront pas des couleurs de sitôt.

Par Rachid Majdoub, publié le 12/02/2015

Copié

Pour vous :