En images : la rébellion de jeunes Japonais dans les 60's

En 1964, un photographe du magazine LIFE s'est rendu au Japon pour faire connaissance avec une jeunesse tokyoïte alors en pleine rébellion. Une bande d'ados ayant coupé tout lien avec les traditions de leur famille, à la recherche d'un nouveau cocon. 

Yoko, 17 ans, Tokyo, 1964 © Michael Rougier

Yoko, 17 ans, Tokyo, 1964 © Michael Rougier

Il est des clichés qu'on ne saurait que difficilement défaire. Si les Français sont connus du monde entier pour leur arrogance, huit heures de décalage horaire plus loin, les Japonais sont réputés pour leur sage pudeur. Le père jésuite portugais Luis Frois, né à Lisbonne en 1532 et mort à Nagasaki (Japon) en 1597, le constatait déjà dans son essai intitulé "Européens & Japonais : traité sur les contradictions et différences des mœurs" :

Publicité

Nous succombons volontiers à la colère et ne dominons que rarement notre impatience ; eux, de manière étrange, restent toujours en cela très modérés et réservés.

"Modérés", "réservés". Deux qualificatifs qui semblent décrire en tout point la culture nippone. Pourtant, tout n'a pas toujours été si modéré et réservé au Pays du Soleil Levant. Dans les années 60, une flopée d'adolescents tokyoïtes s'est rebellée contre le mode de vie traditionnellement prude, hypra-respectueux et parfois conformiste du Japon – que les étrangers jugent d'ailleurs si charmant, excluant ainsi parfois d'autres aspects essentiels de l'archipel.

En 1964, le photographe Michael Rougier et le correspondant Robert Morse, tous deux travaillant pour le célèbre magazine américain LIFE, ont passé quelques nuits aux côtés de cette jeunesse en colère et sont ressortis de ce séjour nocturne avec une série de photos documentant leur rébellion. Si certains clichés ont été publiés dans un numéro spécial Japon en l'année 1964, d'autres viennent tout juste de sortir de l'oubli sur le site de LIFE.

Publicité

Konbini-photo1

"Ils ont trouvé une violente liberté dans les Beatles locaux" - Robert Morse © Michael Rougier

Une jeunesse perdue

Avec ces photos, Michael Rougier immortalise le désengagement des jeunes Japonais grandissant dans les années 60 vis-à-vis de leurs ancestrales traditions. Aux côtés des clichés de Michael Rougier publiés par LIFE se trouvaient les notes de son collègue Robert Morse. Des notes dans lequelles ce dernier parlait d'une jeunesse "malheureuse" et "perdue", faite de fugueurs, de fanatiques de rock'n'roll et de preneurs de pilules, qui traînaient ensemble dans l'unique but de se sentir appartenir à une entité.

Car pour Robert Morse, le Japon donnerait à l'époque une vision faussée de sa jeunesse aux yeux du monde : celle d'ados en uniformes rieurs galopant dans le quartier de Ginza. Bref, une jeunesse "aussi saine et heureuse qu'une coupe glacée au caramel", comme Robert Morse le souligne lui-même dans ses notes. Mais cela ne resterait qu'une façade. En profondeur, la vérité serait plus sombre :

Publicité

Un large segment des jeunes Japonais est, en profondeur, désespéremment malheureux et perdu. Et ils parlent librement de leurs frustrations. Beaucoup ont perdu le respect pour leurs aînés, ces clefs de voûte de la vie japonaise, et dans certains cas dénoncent les personnes plus âgées pour  les "avoir plongé dans une guerre insensée".

Ayant tranché les liens qui les unissaient avec le cocon familial, ils ont reformé, dans la désespérance, leur propre mini société, régie par leurs propres règles. Les jeunes gens de ces groupes sont reliés les uns aux autres non pas pour de l'affection mutuelle – dans de nombreux cas, ces êtres "perdus" sont incapables de toute affection – mais plutôt par ce besoin d'appartenir, de faire partie de quelque chose. 

En noir et blanc, loin des yeux de leurs aînés, voici le monde qu'ils se sont créés.

"Kako, léthargique à cause des pilules de sommeil qu'elle prend, est perdue dans son monde dans un salon jazz à Tokyo" - Robert Morse © Michael Rougier

"Kako, léthargique à cause des pilules de sommeil qu'elle prend, est perdue dans son monde dans un salon jazz à Tokyo" - Robert Morse © Michael Rougier

Publicité

Konbini-photo2

La jeunesse japonaise, Tokyo, 1964 © Michael Rougier

Konbini-photo4

Un groupe de "motorcycle kids," un des nombreux versants des sous-cultures adolescentes à Tokyo en 1964 © Michael Rougier

Konbini-photo3

En plein acte de déchaînement avec les "Tokyo Beatles", 1964 © Michael Rougier

Konbini-photo6

Un membre des "Tokyo Beatles" et une fan, 1964 © Michael Rougier

Konbini-photo10

"La jeune Yoko finit souvent ses longues nuits étendue sur le futon d'un ami" - Robert Morse © Michael Rougier

Konbini-photo8

"Naron (à gauche, s'étirant) et des amis au petit jour, après une longue nuit de fête sur la plage" - Robert Morse © Michael Rougier

Konbini-photo5

La jeunesse japonaise, Tokyo, 1964 © Michael Rougier

Konbini-photo7

Yoko, 17 ans, Tokyo, 1964 © Michael Rougier

Konbini-photo-12

"Parfois, Yoko se rend au port de Yokohama pour regarder les navires s'en aller vers des horizons vers lesquels, elle aussi, souhaiterait s'envoler. Au lever du soleil, sa "journée" recommence à nouveau." - Robert Morse © Michael Rougier

Par Naomi Clément, publié le 02/06/2014

Copié

Pour vous :