Fisheye et selfies : l'Inde du Beatle George Harrison en 1966

Grâce à Internet, on découvre des photographies étonnantes de modernité prises par le Beatle George Harrison en Inde, en 1966.

(Crédits image : George Harrison)

(Crédits image : George Harrison)

Un an après la sortie du film A Hard Day's Night en 1964, un des quatre Beatles a l'idée géniale d'introduire le sitar dans un album du groupe. Il s'agit de George Harrison, qui inclut cet instrument indien traditionnel sur la splendide "Norwegian Wood", sur le non-moins-trop-cool Rubber Soul. C'est une première sur un album de pop.

Publicité

Son intérêt grandit très vite et, saisissant le prétexte d'une initiation plus sérieuse à cet instrument par le célèbre Ravi Shankar, George Harrison se soustrait à la beatlemania et décolle alors de Londres pour Bombay en septembre avec Pattie, sa jeune et jolie femme.

L'Inde, terre d'inspiration

Pendant ce voyage de six semaines, le jeune couple séjournera à l'hôtel Taj Mahal de Bombay sous les noms de Monsieur et Madame Sam Wells. Le couple étudie le yoga, voyage, découvre plus profondément la culture ainsi que la philosophie indiennes. Le guitariste des Beatles, génial auteur de "While My Guitar Gently Weeps", témoigne avoir été inspiré comme peu de fois dans sa vie par le pays de Gandhi. Dans le livre Anthology, il raconte :

C'était un moment fantastique. J'en profitais pour sortir, contempler les temples et faire du shopping. Nous avons beaucoup voyagé une fois là-bas et nous nous sommes rendus au Cachemire pour vivre quelques jours sur une péniche, au pied de l'Himalaya. C'était incroyable. Lorsque je me réveillais le matin, un local nommé Mr Butt nous apportait du thé et des biscuits ; et je pouvais écouter Ravi qui s'exerçait dans la pièce d'à côté...

Publicité

De ces six semaines, le web a exhumé huit photos que Harrison a prises lui-même. Selon Shootingfilm.net, il a également tourné plusieurs séquences de son voyage avec une caméra 8 mm – mais ces vidéos demeurent introuvables. En tout cas, même si ces photos sont vieilles à l'heure d'Internet, elles ont l'intérêt de vous prouver une chose : vous n'aurez jamais une vie aussi cool que celle de George Harrison.

Plus bas, imprégnez-vous de l'ambiance des photos du légendaire Beatles.

Le fisheye, cet objectif plus que centenaire

Notez leur caractère moderne : fisheye, appareil retourné comme pour prendre ce qu'on appelle aujourd'hui un selfie... Le web a décidément cet art d'inventer de nouveaux mots pour des pratiques qui existaient déjà bien, bien avant que le premier e-mail soit envoyé.

Publicité

Quant au terme fisheye, inventé en 1906 par le physicien Robert W. Wood, il a d'abord été utilisé à des fins scientifiques, comme pour contempler les fonds marins ou observer des phénomènes météorologiques. Dans les années 60, son usage se démocratise grâce à sa prise de vue unique et distordue. Il faut croire que George Harrison s'en procure un à ce moment-là.

(Crédits image : George Harrison)

(Crédits image : George Harrison)

(Crédits image : George Harrison)

(Crédits image : George Harrison)

Publicité

(Crédits image : George Harrison)

(Crédits image : George Harrison)

(Crédits image : George Harrison)

(Crédits image : George Harrison)

(Crédits image : George Harrison)

(Crédits image : George Harrison)

(Crédits image : George Harrison)

(Crédits image : George Harrison)

(Crédits image : George Harrison)

(Crédits image : George Harrison)

Par Théo Chapuis, publié le 18/07/2014

Copié

Pour vous :