La Terre shootée intégralement pour la deuxième fois de l'Histoire

La NASA a publié une photo "en pied" de la Terre qui n'est autre que la seconde depuis 1972. Outre la beauté du cliché, l'agence américaine compte analyser les données dans un but scientifique. 

Notre ter-ter (Crédits image  : Earth Observatory/NASA)

Notre ter-ter (Crédits image : Earth Observatory/NASA)

On prête à Robert Capa la citation suivante : "Si votre photo n'est pas assez bonne, c'est que vous n'êtes pas assez près". Ça se voit qu'il n'a jamais été photographe spatial : le 7 décembre 1972, l'équipage d'Apollo 17 doit s'éloigner à une distance d'à peu près 45 000 km afin de prendre l'unique cliché jamais pris de notre bonne vieille Terre d'un pôle à l'autre, africano-centrée. Plus que célèbre, la photo a été baptisée La bille bleue par les astronautes et demeure aujourd'hui l'une des photographies les plus reproduites.

Publicité

Pourtant vous avez déjà vu d'autres photos de la Terre, n'est-ce pas ? Oui, mais vous vous êtes fait avoir car celles-ci ne sont pas authentiques : ce sont des "images composites". Comme l'explique Big Browser, elles sont constituées de fragments de clichés fixés ensemble qui reconstituent une photo de notre astre. Le site Medium vous l'explique ici.

42 ans après, le 6 juillet 2015, la NASA réitère l'expérience et capture à nouveau un portrait en pied de la planète bleue, face ensoleillée, avec un point de vue américano-centré cette fois-ci. Elle est à contempler ci-dessus ou par là, en grande définition. Crise financière et désenchantement spatial oblige, ce n'est plus une mission Apollo mais un satellite qui a pris la photo. Le Deep Space Climate Observatory (DSCOVR) a quitté la Terre en février avant de parcourir la bagatelle d'1,6 million de kilomètres. Là, au milieu de rien, c'est un appareil nommé Earth Polychromatic Imaging Camera (EPIC) qui a appuyé sur le petit oiseau.

Un cliché utile pour la science

Arrivé à orbite stable, DSCOVR n'a désormais plus qu'à remplir sa mission : envoyer les clichés qu'il prend de la Terre tous les jours, de 12 à 36 heures après qu'ils aient été pris par EPIC. La NASA promet qu'elle postera ces photos sur une page web dédiée à l'automne 2015. On est impatients.

Publicité

Mais au fait, à quoi servent ces photos ? La NASA vous répond :

Les données d'EPIC serviront à mesurer les niveaux d'ozone et d'aérosols dans l'atmosphère terrestre, ainsi que la hauteur des nuages, les propriétés de la végétation et la réflection des ultraviolets de la Terre. La NASA utilisera ces données pour un certain nombre d'applications scientifiques comme la cartographie des poussières et des cendres volcaniques sur la planète entière.

Pour finir, contemplez The Blue Marble, ou La Bille Bleue en français, photographiée en 1972 et presque centrée sur Madagascar :

Publicité

"Cheese !" (Crédits image : domaine public/NASA/Apollo 17 crew)

"Cheese !" (Crédits image : domaine public/NASA/Apollo 17 crew)

Par Théo Chapuis, publié le 23/07/2015

Copié

Pour vous :