La véritable histoire derrière le légionnaire au foulard Call of Duty

Il y a un an et demi, une photographie d'un légionnaire français qui arborait une tête de mort façon Call of Duty faisait le tour de la Toile comme des médias. Aujourd'hui, le soldat parle enfin et s'explique.

Janvier 2013. Une photographie commence à faire le tour des réseaux sociaux. Son auteur s'appelle Issouf Sanogo, il travaille pour l'AFP et a été dépêché lors de l'intervention de la France au Mali. On est près de Niono, une petite ville forte de 15 000 habitants À l'image, un soldat, ou plus précisément un légionnaire.

Une arme entre les mains, il porte sur le visage ce qui semble être un masque ou un foulard, pour se protéger de la poussière. Dessus, une tête de mort.

Publicité

(Crédits Image : AFP / Issouf Sanogo)

(Crédits Image : AFP / Issouf Sanogo)

Les médias s'en emparent, en France comme dans le monde :

"Mali : un soldat français à tête de mort fait le tour du Web" par BFM TV;

"Mali : l'état-major des armées juge cette photo «inacceptable»", par Le Parisien;

"Fury over French soldier pictured wearing Call of Duty-style grinning skeleton 'Death's Head' facemask while serving in Mali" par le Britannique Daily Mail.

Publicité

Dans une interview pour Le Vif, Issouf Sanogo raconte le contexte :

Je me trouvais aux côtés de militaires français à côté d'un terrain vague, près de la préfecture de Niono. Un hélicoptère était en train d'atterrir et soulevait d'énormes nuages de poussière. Instinctivement, tous les soldats à proximité ont mis leurs foulards devant leurs visages pour éviter d'avaler du sable.

J'ai repéré ce soldat qui portait un drôle de foulard et j'ai pris la photo. Sur le moment je n'ai pas trouvé la scène particulièrement extraordinaire, ni choquante. Le soldat ne posait pas. Il n'y a aucune mise en scène dans cette image. Le gars ne faisait que se tenir là, en se protégeant le visage de la poussière, en attendant qu'un hélicoptère se pose.

Mais on n'en sait pas plus sur le légionnaire. L'homme devient rapidement affublé d'une expression : "Le légionnaire à la tête de mort". L'État major français est en colère et décide de communiquer.

Publicité

En témoigne la réaction de Thierry Burkhard, porte-parole de l'état-major des armées, qui trouve cela "innaceptable" :

Cette image n'est pas représentative de l'action que conduit la France au Mali à la demande de l'Etat malien et de celle que mènent ses soldats, souvent au péril de leur vie.

Le "foulard" utilisé pour l'occasion met de l'huile sur le feu : il fait penser à un jeu vidéo dit "violent" et connu dans le monde entier, Call of Duty. Il s'agit d'un foulard porté par le lieutenant Simon Riley, surnommé "Ghost" à cause de sa cagoule à tête de mort. Elle s'est popularisée jusqu'à même être disponible en vente sur Internet.

Publicité

Le personnage de Ghost dans Call of Duty

Le personnage de Ghost dans Call of Duty

Après le buzz, une descente aux enfers

Cette semaine, le légionnaire a enfin parlé. Après avoir déserté la légion en juin 2013, avoir été condamné cinq mois plus tard à trois ans de prison avec sursis pour un braquage raté dans une pharmacie le tout accompagné d'une descente aux enfers entre alcool et drogue, l'émission du Supplément de Canal + est allée à sa rencontre, en Suède.

On retrouve un certain Joakim Tybora, ou Erik Thorsten pour les personnes qui le connaissaient à la Légion. Il s'explique :

Quand vous regardez juste l'image [prise par l'AFP, ndlr], vous dites "Wouah", c'est un peu violent. Mais en réalité, j'étais pas violent, on n'était pas là-bas comme des fous pour faire la guerre.

À la question de savoir "Pourquoi avoir porté le foulard ?", Joakim Tybora répond :

Parce que je pensais que c'était un foulard cool. Je l'ai acheté sur Internet via une boutique américaine qui vendait des foulards de motards contre le vent et la poussière.

Dans Le Parisien, l'ancien légionnaire précise aussi :

Ce n’était pas une menace. Je ne voulais pas montrer la supériorité d’une armée sur une autre. Derrière le masque, j’étais juste un petit soldat.

Par Louis Lepron, publié le 15/06/2014

Copié

Pour vous :