featuredImage

Pendant un an, un transgenre documente sa transformation physique

Avec sa série photographique Female to male, le jeune artiste transgenre Wynne Neilly nous plonge au coeur de sa transformation physique hebdomadaire. 

Wynne Neilly, le 30 août 2013 après sa troisième injection d'hormones.

Wynne Neilly, le 30 août 2013 après sa troisième injection d'hormones.

Le 16 août prochain, cela fera un an que Wynne Reilly s'est injecté sa première dose d'hormones, un rituel qu'il répétera alors chaque semaine. "Les modifications apparaîssent au même titre qu'un adolescent en puberté : c'est comme si j'en vivais une deuxième" se réjouit-il.

Depuis quelques années, cet artiste canadien de 23 ans, diplômé en arts visuels à l'université de Ryerson, photographie la communauté queer de Toronto. Mais il a frustation qu'il veut assouvir : immortaliser de manière intime le changement corporel d'une personne transgenre.

Je n'ai jamais réussi à m'approcher de quelqu'un ayant réalisé une transformation physique pour pouvoir la documenter entièrement.

Alors, au moment de débuter cette étape importante dans sa vie, cette "seconde puberté", il a ressenti ce besoin de l'éterniser à travers son art de prédilection. Le problème c'est qu'au même moment, Wynne se sépare de son appareil numérique pour pouvoir se payer une opération chirurgicale de la poitrine.

C'est donc équipé d'un Polaroïd bon marché qu'il demande à ses amis et colocataires de le prendre en photo tous les vendredis, le jour où il s'injecte les hormones. Lors des premières prises, il n'imagine pas encore la répercussion que ses photos vont avoir : pour lui, elles n'ont alors pour seule vocation que de devenir un souvenir personnel sur papier brillant.

Depuis, le projet a été rendu public le 23 juillet dernier lors d'une exposition au Ryerson Image Centre de Toronto, dans l'université où il a étudié. Un moment propice puisque la ville accueillait à l'été 2014 la World Pride. Un événement qui a lieu tous les cinq ans dans une ville pour rassembler les personnes LBGT du monde entier.

5b7ed717c3dbc6fd9c0114909ec84d06

Wynne Neilly, le 18 octobre 2013 après sa dixième injection d'hormones.

Wynne Neilly, le 30 janvier 2014 après sa 24ème injection d'hormones.

Wynne Neilly, le 24 janvier 2014 après sa 24ème injection d'hormones.

"Mon but : que les personnes soient plus informées"

Il y a une partie de moi qui reste nerveuse au moment de montrer mon travail et une autre qui est encore plus nerveuse lorsque je réponds à des interviews et que des articles sont écrits sur mon travail. Lorsque ça m'arrive, j'essaie de penser à mon objectif initial, celui de documenter les expériences et les corps des trans.

Bien qu'anxieux, Wynne s'intéresse de près aux retours des personnes qui ont vu l'exposition, d'autant plus qu'ils sont la majeure partie du temps très positifs.

Beaucoup de gens m'ont dit qu'ils avaient eu une réaction profonde en voyant les photos exposées. C'est vraiment incroyable de sentir que ce projet, dans lequel j'ai donné une partie de moi-même, peut émouvoir les gens.

Wynne Neilly, le 30 août 2013 après sa 45ème injection d'hormones.

Wynne Neilly, le 20 juin 2014 après sa 45ème injection d'hormones.

Wynne Neilly, le 8 août 2014 après sa 52ème injection d'hormones.

Wynne Neilly, le 8 août 2014 après sa 52ème injection d'hormones.

En effet, si le jeune homme reconnaît que vivre au Canada en étant trans est plutôt une chose facile, tout n'est pas rose pour autant. Car malgré une tolérance répandue sur l'ensemble du pays, "le réassignement sexuel chirurgical et les hormones ne sont pas reconnus par le gouvernement comme un besoin médical et ne sont pas souvent couverts par les systèmes de soins". À cela s'ajoute une discrimination à l'emploi ou dans la vie de tous les jours pour certains trans.

C'est pourquoi, il espère que la série "Female to male" pourra permettre aux personnes de mieux saisir et comprendre leur quotidien, son quotidien.

Je pense que l'art peut aider à créer un socle commun et une plate-forme accessible qui peut permettre à la société en général de mieux comprendre les identités queer et trans. Mon but étant que les personnes soient plus informée sur les personnes trans après avoir vu mon travail.

Wynne-Facial Hair

Par Anaïs Chatellier, publié le 14/08/2014

Copié