capture-decran-2013-07-17-a-15.01.01.png

Rolling Stone : la Une qui fait scandale

Le magazine culturel américain Rolling Stone a choisi Djokhar Tsarnaev, l'auteur présumé des attentats de Boston, pour illustrer sa Une du mois d'août. Un choix qui ne passe pas auprès de nombreux lecteurs.

La Une de la discorde.

Les Unes de Rolling Stone ont pour habitude de représenter un personnage, souvent au centre de l'actu musicale ou culturelle. Dans le club très fermé, on retrouve du beau monde : Jay-Z, Jim Morrison, Bruno Mars, Adele, mais aussi Peter Dinklage (Tyrion Lannister dans Game Of Thrones), Jack Nicholson ou encore Barack Obama... Parmi eux, pas un seul terroriste. Du moins, pas depuis la dernière Une du magazine américain pour son édition d'août.

Publicité

Djokhar Tsarnaev, principal suspect des attentats du marathon de Boston le 15 avril dernier (trois morts et plus de 260 blessés, dont de nombreux amputés) est l'égérie de Une du magazine culturel Rolling Stone. Un choix de photo qui n'a pas laissé indifférent : de nombreux internautes et lecteurs ont manifesté leur indignation.

Sur Twitter, le groupe de punk celtique Dropkick Murphys, originaire de South Boston, s'est indigné :

(Capture d'écran Twitter)

Publicité

Starisation d'un terroriste

Intitulée "The Bomber", l'enquête à son sujet propose de comprendre "comment un étudiant populaire et prometteur, négligé par sa famille, est tombé dans l’islam radical et est devenu un monstre". Même si l'intention du reportage est légitime, la publication subit la fronde de ses propres lecteurs. Ceux-ci lui reprochent de faire du terroriste présumé "une rock star", à l'image des personnalités et people ornant la couverture de Rolling Stone chaque mois.

Il est vrai que cette photo avait été utilisée par de nombreux médias auparavant, ainsi les Américains la connaissaient-ils déjà bien. Ce cliché est celui que Djokhar Tsarnaev utilisait en tant qu'avatar sur son compte Twitter. Elle a ensuite été empruntée à de nombreuses reprises par les journaux outre-Atlantique, surtout lorsqu'il s'agissait d'établir le portrait de ce jeune homme considéré comme le "normal guy". Soit une photo qui donne, selon certains, bien trop d'humanité à un homme apparemment capable de telles horreurs.

Terrorisme glam

Aussi, puisque c'est lui-même qui l'a prise, elle est vue comme une photo choisie, mise en scène, où le jeune homme aime à apparaître aux antipodes de l'image d'Épinal du terroriste barbu/sournois/patibulaire.

Publicité

Aussi des lecteurs de Rolling Stone ont-ils appelé à suspendre leur abonnement et boycotter le magazine, à cause de cette image d'un terroriste jugée par trop "glamour". On vous parie que parmi eux, certains habitent Boston.

On vous conseille également :

Publicité

Par Théo Chapuis, publié le 17/07/2013

Copié

Pour vous :