World Press Photo : pourquoi un des gagnants s'est fait retirer son prix

Le prestigieux concours World Press Photo vient de retirer son prix à l'Italien Giovanni Troilo, jugeant que l'un des ses clichés n'était pas conforme. 

La Ville Noire - The dark heart of Europe

L'une des photos de la série "The Dark Heart of Europe" © Giovanni Troilo

Lors de son palmarès dévoilé en février dernier, le World Press Photo avait récompensé l'Italien Giovanni Troilo en lui attribuant le premier prix de la catégorie "Problématiques Contemporaines" pour sa série de clichés intitulée "The Dark Heart of Europe". Dans un communiqué daté du 4 mars, le prestigieux concours de photojournalisme a retiré sa récompense au photographe. La raison ? La série de photos "n'est pas conforme" aux règles du concours.

Publicité

L'affaire a connu plusieurs rebondissements. "The Dark Heart of Europe" montre la ville de Charleroi en Belgique comme un endroit où règnent la pauvreté et la déchéance. Le bourgmestre de la commune, Paul Magnette, avait demandé au World Press Photo de retirer le prix à Giovanni Troilo, jugeant que ses clichés représentaient une "sérieuse déformation de la réalité qui porte préjudice à la ville de Charleroi et à ses habitants, ainsi qu'à la profession de photojournaliste".

Molenbeek n'est pas Charleroi

Le concours avait toutefois décidé de maintenir la récompense. Mais les organisateurs ont appris que l'une des photos de la série où l'on voit "un peintre créant une œuvre avec des modèles vivants" n'avait pas été prise à Charleroi mais à Molenbeek, une commune de Bruxelles. On peut lire dans le communiqué du World Press que Troilo a confirmé l'information :

Troilo a confirmé par téléphone et par email que l'image n'avait pas été prise à Charleroi, contrairement à ce qu'il avait affirmé en la présentant au concours. Cette information falsifiée constitue une violation des règles du concours.

Publicité

Le photographe avait également déclaré au journal Le Monde que son but "n'était pas de tromper [...] qui que ce soit". Dans son communiqué, Lars Boering, le directeur de World Press Photo a déclaré que cette affaire relançait le débat "sur la définition de la photographie de presse, du photojournalisme et de la photographie documentaire".

Par Fanny Hubert, publié le 05/03/2015

Copié

Pour vous :